La femme tatouée de Pieter Aspe

la femme tatouée » Macabre découverte dans un grand restaurant de Blankenberge, sur la côte belge: le corps sans vie d’une (très jolie) femme au fond d’un vivier à homards. Sur sa fesse gauche, un mystérieux tatouage, la lettre M en caractère runique, emblème d’un groupuscule d’extrême droite. Le commissaire Van Inn et le fidèle Versavel se lancent sur ses traces pour se retrouver au cœur d’une véritable guerre entre catholiques intégristes, cellules islamistes et néonazies… »

Avec ce roman, je retrouve l’un de mes commissaire préféré, et son entourage.

Alors qu’il s’apprête à partir à la plage avec femme et enfants, Van Inn est appelé pour un meurtre à Blankenberge, où une femme a été retrouvée morte. Le meurtre va rapidement les mener sur la piste des néonazis, mais l’apparition d’un mouvement islamiste dont personne n’a jamais entendu parler, vient jouer les trouble-fêtes. Des morts apparaissent à la vitesse de l’éclair, des enlèvements ont lieux. Cette enquête fait tourner la tête de Van Inn,  Hannelore et de Versavel. Il y a trop de possibilités, ils se sentent menés en bateau. Et par de dessus le marché, ils subissent la pression de leur hiérarchie et du bourgmestre de Bruges, car il ne faut pas que l’image de la ville soit entachée par cette série d’évènements tragiques. Par ailleurs, le commissaire est las, se sent de plus en plus fatigué, il se rend compte qu’il vieillit et qu’il devrait peut-être faire un peu plus attention à lui…mais difficile de résister à une bonne petite Duvel.

Comme d’habitude, l’enquête est menée avec beaucoup d’humour. Van Inn est toujours aussi drôle, insouciant et insolent, il ne fait pas dans la langue de bois!

J’ai beaucoup aimé, mais je suis une inconditionnelle de Pieter Aspe et du commissaire Van Inn.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : Le livre de poche

Genre : Policier

Date de publication: 19 novembre 2016

Prix : 7€10

Pages : 314

 

Publicités

Mort à la Fenice de Donna Leon

Mort-a-la-Fenice

 » Les amateurs d’opéra sont réunis à la Fenice de Venise. Une sonnerie annonçant la fin de l’entracte retentit, les spectateurs regagnent leur place et le brouhaha s’estompe. les minutes passent, le silence devient pesant: le maestro se fait attendre…Il gît dans sa loge, mort. Le commissaire Brunetti, aussitôt dépêché sur les lieux, conclut rapidement à un empoisonnement au cyanure. Dans les coulisses de l’opéra, Brunetti découvre, horrifié, l’envers du décor. »

Pour la petite histoire, en allant à Paris au printemps dernier, j’ai fait un petit arrêt (presque obligatoire) chez Boulinier, et là je fais le plein de livres. Livres parmi lesquels plusieurs Donna Leon, dont je n’avais jamais lu d’ouvrages, mais que je connaissais un peu par le biais de la série Commissaire Brunetti. Il s’agit ici de son premier roman.

L’histoire se déroule à Venise, un meurtre a été perpétré à la Fenice, le célèbre opéra de la cité des Doges. La victime est un chef d’orchestre renommé, de nationalité allemande. Le commissaire enquête sur ce meurtre, sur le mort qui paraît plus mystérieux qu’il n’y paraît, sur son entourage proche et lointain. On suit le commissaire dans ses réflexions, ses cheminements. Il nous fait découvrir Venise, en nous emmenant dans des lieux prestigieux (opéra, palais) mais aussi dans les bas-fonds de la cité, inconnus des touristes. Evidemment la question qui se pose tout au long du récit est : qui a tué le chef d’orchestre et surtout pourquoi?

L’histoire est très bien ficelée, c’est prenant jusqu’à la fin. Les personnages sont plus ou moins synpathiques, mais tous ont une once de mystère, et beaucoup sont de potentiels suspects. Et puis, à travers la vie familiale de Brunetti, on voit bien que derrière chaque homme se trouve une femme, la sienne l’aidant plus ou moins à résoudre son enquête.

Bref, j’ai beaucoup aimé. C’est un roman qui se lit facilement et rapidement. Je vous le recommande vivement.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : Points

Genre : Policier

Date de publication : Juin 2014

Prix : 7€20

Pages: 284

Indécence manifeste de David Lagercrantz

Indecence-manifeste » Angleterre, 1954. La paranoïa engendrée par la guerre froide se généralise, en Europe comme ailleurs. Deux employés du bureau des Affaires étrangères, Burgess et Maclean, ont été démasqués comme étant des espions soviétiques et aux Etats-Unis la chasse aux sorcières de Joseph McCarthy contre les communistes et les homosexuels bat son plein. Un matin pluvieux de juin, le corps sans vie du mathématicien Alan Turing est découvert à son domicile de Wilmslow. A côté de lui, sur la table de chevet, une pomme croquée imbibée de cyanure. L’homme a été condamné à la castration chimique pour son homosexualité quelques années plus tôt, et l’explication d’un suicide semble convenir à tout le monde. Mais l’inspecteur Leonard Corell, en charge de l’enquête, s’intéresse de plus près au passé du mathématicien. Pourquoi Turing avait-il été surveillé durant des semaines avant sa mort? Et pourquoi les services secrets cherchent-ils à cacher à tout prix le rôle mystérieux qu’il a joué durant la Seconde Guerre mondiale? ».

J’ai été attirée par cet ouvrage car il traitait de l’affaire Alan Turing sur le mode policier. L’idée de départ est plutôt bonne, les personnages sont mystérieux, on se pose des questions. Mais au final, j’ai été assez déçue. J’ai eu beaucoup de mal à lire le roman, c’est très long, trop long pour moi, pour au final que la fin du récit ne soit pas géniale. J’ai eu beaucoup de mal également avec le personnage principal, Leonard Corell, je n’ai pas du tout accroché, je n’ai pas réussi à m’y « attacher », à le comprendre, du coup je pense aussi que ma lecture en a pâtit. L’auteur, à travers ses personnages, posent beaucoup de questions, mais finalement, nous, lecteurs avons peu de réponses, donc ça peut être dérangeant. C’est un ouvrage qui part un peu dans tous les sens, bref je n’ai pas aimé.

Après, je pense que j’ai aussi un problème avec l’auteur, David Lagercrantz. J’avais déjà eu un ressenti similaire avec Millenium 4.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur: Actes Sud, collection « actes noirs »

Genre: Thriller

Date de publication : 30 mars 2016

Prix : 23€

Pages : 376

 

 

Zazous de Gérard de Cortanze

Il y a deux ans, je me décidais à lancer mon blog, pour partager avec vous mes découvertes culturelles, et notamment mes lectures. En deux ans, il y a eu des choses que j’ai aimé, apprécié et d’autres moins. Il y a eu des mois avec et des mois sans (beaucoup ces derniers temps), mais je n’ai pas toujours le temps d’écrire, et c’est la vie. Pour cet anniversaire, je partage avec vous ce qui fut pour moi une belle surprise.

Zazous

 » On n’est pas sérieux quand on a quinze ans – même en pleine Occupation. Chaque jour, au café Eva, une bande de zazous se retrouve pour écouter du jazz. Josette, Pierre et Jean sont lycéens, Sarah est coiffeuse, Charlie trompettiste, Marie danseuse, Lucienne apprentie mannequin. Dans un Paris morose, ils appliquent à la lettre les mots d’ordre zazous: danser le swing, boire de la bière à la grenadine, lire des livres interdits, chausser en toutes circonstances des lunettes de soleil et enfiler de longues vestes à carreaux.

A mesure que les Allemands montrent leur vrai visage, ces jeunes gens qui ne portent pas encore le nom d’adolescents couvrent les murs de Paris du « V » de la victoire, sèment la panique dans les salles de cinéma et les théâtres, déposent une gerbe le 11 novembre sous l’Arc de Triomphe, arborent par solidarité et provocation, l’étoile jaune. Traqués par les nazis, pourchassés par les collaborateurs, rejetés par la Résistance, les zazous ne veulent pas tant « changer la vie » qu’empêcher qu’on ne leur confisque leur jeunesse. »

Zazous est un ouvrage qui m’intéressait dans la mesure où il traitait d’un phénomène dont j’avais entendu parler mais que je ne connaissais pas plus que cela. En effet, ce mouvement des zazous qui a lieu pendant la Seconde Guerre mondiale, est assez peu connu du grand public, et est le prélude à ce qu’il se passera à Saint-Germain-des-Prés dans les années 1950.

Dans ce roman, on suit une bande de copains, dans le Paris de la guerre. C’est un récit construit de manière chronologique, ce qui le rend aisé à lire. On suit donc des petites histoires en parallèle de la grande.

Chacun des personnages a un vécu différent, des idées parfois opposées, mais tous sont réunis pour l’amour d’une même chose, d’une même musique: le jazz. L’Occupation et la guerre en général, va profondément les bouleverser, les changer. Chacun va vivre les évènements de manière différente. Comme on peut s’y attendre, vu le contexte, ils vont vivre des joies, des peurs, des peines. Et nous, lecteurs, suivons cette bande de jeunes tout au long de ces années de guerre, comme si on était un membre de leur groupe.

C’est un livre très bien construit, tant d’un point de vue historique que du récit. C’est très prenant, on se demande ce qu’il va arriver aux personnages, comment l’histoire va se terminer pour eux. Il y a beaucoup d’émotions. La fin m’a un peu surprise, mais je n’en dirais pas plus.

Comme vous l’aurez compris, j’ai aimé ce roman et je vous recommande sa lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : Albin Michel

Genre : Roman

Date de publication: mars 2016

Prix : 22€50

Pages: 529

L’inconnu du pont Notre-Dame de Jean-François Parot

L-Inconnu-du-Pont-Notre-Dame » Nicolas Le Floch est saisi par Le Noir, nouveau directeur de la Bibliothèque du roi, de la disparition d’un conservateur au cabinet des médailles. Quelle est l’identité du cadavre décapité découvert dans une maison démolie du pont Notre-Dame? Qu’augurent les informations transmises par Lady Charwel, alias La Satin, concernant un complot anglais visant Louis XVI? Existe-t-il un lien entre les deux affaires? D’autres meurtres suivront au cours d’une minutieuse enquête qui conduire le policier breton dans le Paris des receleurs et des maisons de jeu et jusqu’à la rade de Cherbourg. »

Je n’irai pas par quatre chemins, ce récit est aussi bien que les précédents, dans lequel on retrouve à nouveau nos personnages favoris.

Cette fois-ci, l’histoire mêle des disparitions d’objets, des travestis et un, voire des complots contre le roi.  Nicolas est confronté à un meurtre mystérieux, à un cadavre, qui s’avère être un homme travesti en femme. Que peut cacher cette mort mystérieuse? Ce travestissement? Une fois de plus, Nicolas est confronté au réseau de Sartine, et parallèlement, aux espions anglais. La Satin, devenue Lady Charwel, de passage à Paris avec son mari, fait savoir qu’un complot se prépare contre le roi de France, et qu’il pourrait y avoir un lien avec la rade de Cherbourg, où doit se rendre Louis XVI. Nicolas est chamboulé par ces différentes nouvelles.

Parallèlement, le cours de l’histoire change peu à peu, le peuple français commence à gronder. Bourdeau et Nicolas s’éloignent de plus en plus sur certains sujets, néanmoins, leur complicité est toujours réelle.

Une nouvelle fois, j’ai beaucoup aimé ce roman, dont je vous recommande la lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : 10/18

Genre : Policier, historique

Date de publication: 6 octobre 2016

Prix : 8€40

Pages : 399

 

Les nouvelles aventures d’Arsène Lupin. Les héritiers, de Benoît Abtey et Pierre Deschodt

Arsène Lupin. Les-heritiers » Qui est-il? D’où vient-il? Nul ne sait. Arsène Lupin est partout mais personne ne connaît son véritable visage. Il est le plus célèbre malfaiteur de son temps, le plus distingué aussi. Seulement, on ne s’en prend pas aux puissants de la terre sans subir leur colère…

En 1897, au lendemain de l’incendie du Bazar de la Charité – temple de la bonne société parisienne – Lupin disparaît. On le rend responsable du drame. Athéna, surtout, l’amour de sa vie, meurt dans le brasier. Plus rien, désormais, ne compte à ses yeux.

Dix ans plus tard, un scandale éclate et le ressuscite. Lupin, changé en monstre, serait-il passé à l’ennemi? Un quotidien, Le Patriote, l’accuse d’avoir dérobé des secrets militaires pour les vendre à l’Allemagne! La guerre est imminente. Lupin va-t-il enfin sortir de son silence? »

Je me suis intéressée à cet ouvrage, car intriguée par le fait que des auteurs contemporains prennent la suite de Maurice Leblanc pour écrire de nouvelles aventures d’Arsène Lupin.

Le récite se déroule sur plusieurs années, de 1897 à 1914, pour l’épilogue. L’idée de départ, celle de faire renaître Lupin, est plutôt bonne à mon sens. L’histoire en elle-même n’est pas trop mal. Mais franchement, je ne suis absolument pas convaincue. Par moment, je trouve que l’on passe du coq à l’âne. Il y a des incohérences, des choses qui semblent illogiques. Je trouve notamment que la première partie du récit est très (trop) longue, et après, d’un seul coup, tout s’enchaine.

Donc, comme vous pouvez vous en douter, je suis assez déçue de ma lecture, et c’est dommage.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : XO Editions

Genre : Aventure

Date de publication : 3 mars 2016

Prix : 19€90

Pages : 351

 

Le vol du Sancy. Des carats pour Ava? de Juliette Benzoni

Le-vol-du-Sancy

 « Accusé d’avoir volé le Sancy, célèbre diamant des joyaux de la Couronne de France, Aldo Morosini va vivre la plus dangereuse des aventures.

Parce qu’elle l’a tiré d’un mauvais pas, Ava Astor attend de Morosini qu’il honore sa promesse: lui trouver un diamant, dût-il le subtiliser à la Tour de Londres! Il plaisantait bien entendu, mais c’était sans compter qu’Ava est aussi sotte que méchante. Peu de temps après, cette dernière débarque à Venise pour lui réclamer le célèbre Sancy qui vient d’être dérobé dans le château de Lord Astor. Comme il ne l’a pas, elle l’accuse de vouloir le garder pour lui et le dénonce. Plus incroyable, lord Astor prétend avoir reçu Aldo et qu’il lui a volé le Sancy! Incapable d’accepter pareil affront, Aldo flanqué d’Adalbert part pour Londres y rétablir la vérité. L’enquête qui les attend s’annonce comme la plus incroyable de leur vie… »

Aldo Morosini accusé de vol, on a peine à y croire. Famille et amis n’y croient absolument pas, et vont tout faire pour l’aider à rétablir la vérité. Par contre, Scotland Yard, et surtout son nouveau chef, est persuadé qu’Aldo est bien le voleur et donc un criminel. Par dessus le marché, Ava Ribbesdale-Astor ne fait qu’envenimer les choses par ses paroles et ses gestes. Aldo et Adalbert décident donc une fois de plus de mener l’enquête…

Comme d’habitude, j’ai adoré ce roman, moi qui suis une grande lectrice de Juliette Benzoni. Le récit est beaucoup plus sombre que d’habitude, Aldo et Adalbert se mettent littéralement en danger, en en ayant pleinement conscience. Ils entraînent toute la famille avec eux, des palais prestigieux aux bas-fonds de Londres. Il y a beaucoup d’actions, de rebondissements dans ce roman; le lecteur est tenu en haleine, pour notre plus grand plaisir. Il s’agit sans doute par ailleurs de la dernière aventure d’Aldo Morosini que nous pourrons lire, l’auteur étant décédée peu de temps après la publication de cet ouvrage.

Je vous recommande donc vivement de lire ce roman.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : Plon

Genre : Aventure

Date de publication : 28 janvier 2016

Prix : 21€

Pages : 429

Outlander. T2. Le Talisman de Diana Gabaldon

Après quelques mois d’absence, je reviens avec un roman que j’ai adoré.

Outlander-Tome-2-Le-talisman

« 1968. A la mort de son mari, Claire Beauchamp emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d’extraordinaires aventures…

Des aventures qui, dans ce second tome, vont conduire Claire et Jamie dans le Paris du siècle des Lumières. Leur but? Empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône, un évènement qui marquerait le début d’une répression sanglante dans les Highlands. Mais dans leur course effrénée, le couple découvrira à ses dépens qu’on ne peut modifier le cours de l’histoire impunément… »

L’histoire démarre en 1968, vingt ans après le retour de Claire du passé. Son mari, Jonathan Randall est décédé deux ans auparavant. Elle est présente en Ecosse avec sa fille Brianna, pour un voyage.

Claire va peu à peu revoir les paysages qu’elle a connu, les histoires qu’elle a vécu. Mais surtout, elle entame des recherches sur ceux qu’elle a connu dans le passé. Elle cherche également le moyen et le bon moment de dire la vérité à sa fille.

Parallèlement au récit qui se déroule en 1968, on retrouve Claire et Jamie vers 1745-1746 en France, et plus particulièrement à Paris. Ils cherchent par tous les moyens d’éviter qu’une rébellion écossaise ait lieu, à empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône d’Angleterre. Surtout Claire connaît déjà la fin de l’histoire, et veut éviter un massacre. Mais peut-on vraiment changer le cours des évènements?

Comme pour le premier tome, j’ai adoré! Il y a toujours autant d’actions, de rebondissement, de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues. Je vous conseille vraiment de lire cet ouvrage.

J’en profite pour vous faire un petit aparté sur la saison 2 de la série. J’ai attendu d’avoir lu le tome 2 pour voir cette deuxième saison. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle saison, qui est aussi palpitante et prenante que la première. Par contre, il s’agit d’une adaptation beaucoup plus libre du deuxième tome de la saga, par rapport à ce qui a pu être fait précédemment. Du coup, certains évènements ne se passent pas au même moment ou aux mêmes endroits. Mais il n’y a pas non plus de grandes invraisemblances ou de grandes différences.

Je vous recommande donc chaudement la lecture de cet ouvrage et le visionnage de la deuxième saison.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur: J’ai lu

Genre : Roman historique, Fantastique

Date de publication : Octobre 2014

Prix : 16€

Pages : 947

 

La Trilogie berlinoise de Philip Kerr

La-trilogie-berlinoise« Publiés pour la première fois entre 1989 et 1991, L’Eté de cristal, La Pâle Figure et Un requiem allemand ont pour toile de fond le IIIe Reich à son apogée et, après la défaite, l’Allemagne en ruine en 1947. Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise, est devenu détective privé. Désabusé et courageux, perspicace et insolent, Bernie est à l’Allemagne nazie ce que Philip Marlowe est à la Californie de la fin des années 1930: un homme solitaire, témoin de son époque. Des rues de Berlin « nettoyées » pour offrir une image idyllique aux visiteurs des Jeux olympiques à celles de Vienne la corrompue, Bernie enquête au milieu d’actrices et de prostituées, de psychiatres et de banquiers, de producteurs de cinéma et de publicitaires. La différence avec un film noir d’Hollywood, c’est que les principaux protagonistes s’appellent Heydrich, Himmler, Goering… »

La Trilogie berlinoise est clairement un ouvrage que j’ai adoré, tant par les personnages que par les histoires! On s’attache très rapidement au protagoniste principal, Bernie Gunther, et on évolue avec lui, au fil de ces trois récits. A travers les aventures de cet homme, on est plongé dans la Grande Histoire. On a l’impression de vivre avec lui les moments les plus sombres de l’Allemagne nazie, puis la dénazification, enfin le partage de l’Allemagne et de l’Autriche et ses conséquences. C’est vraiment un livre très prenant.

Même si j’ai vraiment apprécié cet ouvrage, il y a tout de même quelques bémols. En effet, j’ai été un peu gênée par l’apparition inopinée de certains personnages dans les deuxième et troisième récits. Ils apparaissent un peu comme par enchantement, alors qu’on ne connaît rien d’eux, qu’ils n’apparaissent pas dans la première partie de l’ouvrage, ce qui donne à l’histoire un peu d’incohérence. Néanmoins, l’auteur a, depuis, écrit de nouveaux romans mettant en scène Bernie Gunther, et peut-être en apprenons-nous plus sur certaines époques évoquées dans le roman ou sur certains personnages.

Quoi qu’il en soit, je vous recommande chaudement cette lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Le Livre de poche
  • Genre : Policier
  • Date de parution : janvier 2010
  • Prix : 9€90
  • Pages : 1015

Dernier tango à Bruges de Pieter Aspe

Dernier-tango-a-Bruges« Leur voyage de noces en Argentine a laissé des traces chez les Van In: Hannelore veut absolument que son flic de mari apprenne le tango! Mais la disparition d’un homme perclus de dettes de jeu va le détourner des clubs de danses. Un mystère qui pourrait être lié à une affaire aux ramifications obscures, susceptible de compromettre plusieurs personnalités brugeoises. Parties fines qui tournent mal, scandales immobiliers, pots-de-vin, mafia russe…quand le commissaire Van In s’en mêle, c’est tout Bruges qui tangue! »

De retour de leur voyage de noces en Argentine, Hannelore veut que Van In apprenne à danser le tango, ce qui évidemment ne plait absolument pas à notre cher commissaire. Il n’en a pas envie, et il ne va pas en avoir le temps, puisque un meurtre lui tombe sur les bras. Dans cette nouvelle histoire, les disparitions et les meurtres s’enchaînent, ils ont un soupçon de mystère, puisque semble y être mêlé la mafia mais aussi certaines personnalités de la ville. Dans cette affaire, Van In et Hannelore jouent avec le feu et vont devoir se battre pour ce qu’il y a de plus cher à leurs yeux.

Pour honnête, c’est un livre que j’ai lu au tout début de l’été, ce qui fait un bout de temps déjà, et ce qui peut expliquer la brièveté de mes propos. Néanmoins, c’est un ouvrage que j’ai lu assez rapidement, comme d’habitude en ce qui concerne les aventures du commissaire Van In. J’ai bien aimé la cadence du récit et son contenu. Les personnages sont toujours aussi attachants, et vivent dans cet épisode en particulier, des heures sombres. Et surtout, j’ai été assez surprise par l’identité du meurtrier ou du moins du commanditaire de toute cette scandaleuse affaire.

Bien évidemment, je vous recommande cet ouvrage.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : J’ai lu
  • Genre : policier
  • Date de publication : juin 2016
  • Prix : 7€10
  • Pages : 315