Indécence manifeste de David Lagercrantz

Indecence-manifeste » Angleterre, 1954. La paranoïa engendrée par la guerre froide se généralise, en Europe comme ailleurs. Deux employés du bureau des Affaires étrangères, Burgess et Maclean, ont été démasqués comme étant des espions soviétiques et aux Etats-Unis la chasse aux sorcières de Joseph McCarthy contre les communistes et les homosexuels bat son plein. Un matin pluvieux de juin, le corps sans vie du mathématicien Alan Turing est découvert à son domicile de Wilmslow. A côté de lui, sur la table de chevet, une pomme croquée imbibée de cyanure. L’homme a été condamné à la castration chimique pour son homosexualité quelques années plus tôt, et l’explication d’un suicide semble convenir à tout le monde. Mais l’inspecteur Leonard Corell, en charge de l’enquête, s’intéresse de plus près au passé du mathématicien. Pourquoi Turing avait-il été surveillé durant des semaines avant sa mort? Et pourquoi les services secrets cherchent-ils à cacher à tout prix le rôle mystérieux qu’il a joué durant la Seconde Guerre mondiale? ».

J’ai été attirée par cet ouvrage car il traitait de l’affaire Alan Turing sur le mode policier. L’idée de départ est plutôt bonne, les personnages sont mystérieux, on se pose des questions. Mais au final, j’ai été assez déçue. J’ai eu beaucoup de mal à lire le roman, c’est très long, trop long pour moi, pour au final que la fin du récit ne soit pas géniale. J’ai eu beaucoup de mal également avec le personnage principal, Leonard Corell, je n’ai pas du tout accroché, je n’ai pas réussi à m’y « attacher », à le comprendre, du coup je pense aussi que ma lecture en a pâtit. L’auteur, à travers ses personnages, posent beaucoup de questions, mais finalement, nous, lecteurs avons peu de réponses, donc ça peut être dérangeant. C’est un ouvrage qui part un peu dans tous les sens, bref je n’ai pas aimé.

Après, je pense que j’ai aussi un problème avec l’auteur, David Lagercrantz. J’avais déjà eu un ressenti similaire avec Millenium 4.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur: Actes Sud, collection « actes noirs »

Genre: Thriller

Date de publication : 30 mars 2016

Prix : 23€

Pages : 376

 

 

Publicités

Millenium 4. Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Après quelques mois d’absence, je fait mon retour avec un livre lu en début d’année. Il s’agit du tome 4 de la saga Millenium, Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz. J’avais aimé les trois premiers volumes écrits par Stieg Larson, et j’étais assez curieuse de lire la suite, écrite par un autre auteur.

 » La revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et il envisage de changer de métier. Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda. »

J’ai plutôt apprécié cet ouvrage. On est bien dans la continuité de l’œuvre de Stieg Larson. L’histoire reprend quelques mois après la fin du précédent tome. On assiste à un complot mondial où entrent en jeu la CIA, un groupe obscur, la police et les renseignements suédois. La mort du mathématicien suédois Frans Balder, qui avait contacté Michael Blomkvist, va secouer un certains nombre de personnes et des services de différents pays, mais également l’opinion publique, puisque le tueur a épargné le fils autiste du chercheur. Lisbeth, qui était également en contact avec le mathématicien, se retrouve une fois de plus au cœur de cette affaire, puisqu’elle secourt ce petit garçon de 8 ans. C’est le début d’une chasse à l’homme, mais également le début d’une guerre entre deux sœurs jumelles qui ne se ressemblent en rien: Lisbeth et Camilla Salander. Là dessus, intervient Michael Blomkvist, qui se retrouve presque par hasard au plus près de l’enquête.

J’ai aimé retrouver ces personnages, et surtout découvrir celui de Camilla Salander, qui n’apparaissait quasiment pas dans les tomes précédents. Cela nous permet d’en apprendre plus sur elle, comment elle a grandi, ce qu’elle devenue, etc. Il s’agit ici d’une histoire nouvelle, mais dans la continuité des volumes précédents. Le récit est bien écrit, il y a beaucoup de suspens, et je dois dire que ce n’était pas forcément évident de faire une suite après la mort de l’auteur originel. Néanmoins, je trouve qu’il manque quand même ce petit truc qu’on retrouvait chez Stieg Larson et qui était vraiment caractéristique de cet auteur et donc de Millénium.

Je vous recommande néanmoins la lecture de ce roman.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Actes Sud, collection Actes noirs
  • Date de publication : août 2015Act
  • Genre:  roman policier, thriller
  • Prix : 23€
  • Pages : 482