La sobriété heureuse de Pierre Rabhi

Vers la sobriété heureuseCela faisait longtemps que je voulais lire un ouvrage de Pierre Rabhi, l’un des pères de l’agroécologie en France. Et j’ai eu l’occasion de lire Vers la sobriété heureuse.

Il est à mon sens assez difficile de résumer cet ouvrage, tant le champ des questionnements est large. Ce qui est sur, c’est qu’il s’agit d’une critique de la société, en particulier de notre société de consommation et les excès qui en découlent, notamment dans l’agriculture.

Il revient également sur son parcours atypique. Il fait part  de ses expériences, sans trop développer toutefois, puisqu’il l’a déjà fait dans d’autres ouvrages.

Dans cet essai, Pierre Rabhi est très sévère envers notre société, mais contrairement à d’autres, je trouve ses critiques très constructives, il ne critique pas pour critiquer, mais apporte toujours ses arguments. Je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qu’il dit, notamment à propos des nouvelles technologies, même si lui-même n’est pas totalement contre. Mais, dans l’ensemble,  je trouve malheureusement qu’il a plutôt raison.

Vers la sobriété heureuse est à mon sens un ouvrage permettant d’éveiller ou de réveiller les consciences, mais il permet également de nous montrer, que l’écologie peut être vu/vécu comme quelque chose de positif, et que même le geste le plus insignifiant peut aider à protéger notre planète. Que l’on soit attirer par ce thème ou non, je trouve que c’est un livre à lire, même si par moment, il est un peu complexe.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Babel
  • Date de parution : 18 septembre 2013
  • Genre : Essai
  • Prix : 6€70
  • Pages : 164

 

Un passé méconnu

un-million-de-prisonniers-allemands

J’ai conscience en écrivant cet article, que l’histoire est quelque chose qui n’intéresse pas tout le monde (alors même que c’est nécessaire à la compréhension de nos sociétés).  Néanmoins, je voulais absolument vous faire découvrir le travail de Valentin Schneider.  Ce dernier est un jeune historien allemand, vivant en France et ayant soutenu sa thèse sur La présence allemande en Normandie, 1940-1948, à l’Université de Caen en 2013.

Ce petit livre bleu trainait depuis près d’un an et demi dans ma bibliothèque, alors même que je voulais vraiment le lire. Avec cet ouvrage, Un million de prisonniers allemands, l’auteur revient sur un pan méconnu de notre histoire, à savoir le sort des prisonniers allemands à la fin et après la Seconde guerre mondiale. C’est une partie de notre histoire que l’on connaît assez peu ou pas du tout, en partie parce que l’opinion l’a effacé de la mémoire collective. Au lycée (du moins quand j’y étais), on aborde très rapidement le sort des prisonniers allemands en U.R.S.S., on connaît leurs conditions de vie déplorables, les nombreux morts. Mais finalement, qu’en a t-il été chez nous? C’est cette même question que Valentin Schneider s’est posée, et à laquelle il a tenté de répondre.

Dans cet ouvrage, l’auteur revient sur la « prise en mains » de ces prisonniers dès le débarquement en Normandie en juin 1944, jusqu’à la libération des derniers d’entre eux en 1948. On apprend ainsi où ils étaient installés, ce qu’ils faisaient, quelles étaient leurs conditions de vie, la manière dont ils étaient traités par les différentes autorités alliées ou françaises, ou encore leurs relations avec la population.

Avec cet ouvrage, on apprend pleins de faits intéressants. On se rend compte également qu’en France, on a tendance à glorifier certains aspects historiques, et, à en oublier d’autres, un peu moins glorieux. Je voulais lire ce livre parce que c’est un sujet qui m’intéressait, parce qu’il traite d’aspects méconnus. Il est assez centré sur la Normandie, mais du coup c’est assez intéressant, car en général, quand les historiens traitent de la Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale, ils arrêtent leur travail à la libération, ou alors ils traitent presque tous du même sujet. En effet, combien y-a-t-il de livres parus sur le débarquement? Mais, finalement, assez peu d’historiens se sont intéressés à l’après. Par ailleurs, c’est un ouvrage assez court, l’auteur est très clair dans ses propos, c’est facile à lire, contrairement à d’autres ouvrages d’histoire qui peuvent être très « pompeux ». Donc, si le sujet vous intéresse, c’est un livre à lire.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Essai historique

Editeur: Vendémiaire

Date de parution: mars 2013

Prix: 8€

Pages: 224.

Le deuxième sexe (tome 1) de Simone de Beauvoir

2ème sexeCela faisait longtemps que je voulais lire un ouvrage de Simone de Beauvoir, en particulier Le deuxième sexe. Mais je n’osais pas, par peur que ce soit trop compliqué à lire, trop intello. Et puis, j’ai de très mauvais souvenirs de la philo au lycée; donc ça n’aide pas. Cet ouvrage est forcément, un peu, intellectuel, ça reste un essai philosophique. Mais, j’ai été surprise par la facilité que j’ai eu à le lire.

Simone de Beauvoir étant considérée comme l’une des théoriciennes du féminisme en France, cet ouvrage parle de ce sujet, comme son titre l’indique. C’est un ouvrage sur la (les) femme(s), écrit par une femme, à l’attention des femmes, mais je dirais aussi des hommes.

Ce premier tome est composé de trois parties. La première est consacrée au destin, la seconde à l’histoire et la dernière aux mythes. Dans la partie « Destin », l’auteure revient sur trois points de vue sur la femme,  le point de vue biologique,  le psychanalytique et celui du matérialisme historique. Dans la sous-partie biologie, elle s’intéresse notamment à la place de la femelle dans les autres espèces animales. Dans la partie « Histoire », elle part de l’Antiquité jusqu’à 1949 (date de parution de l’essai). Elle y décrit la place ou plus souvent la non-place de la femme dans différentes sociétés. Elle y relate les progrès qui ont pu avoir lieu, mais aussi les régressions. Enfin, dans la partie « Mythes », elle revient sur quelques mythes liés aux femmes. Elle propose également une réflexion sur la place de la femme/des femmes, dans les oeuvres de certains écrivains.

J’ai apprécié cet ouvrage dans son ensemble, ma partie préférée étant celle sur l’histoire. Dans la partie Mythe, j’ai trouvé intéressant cette réflexion sur le regard des écrivains sur les femmes, dans leurs ouvrages. Par contre, la partie « Destin » m’a moins plu, notamment la sous-partie biologie. Certains passages de l’ouvrage m’ont paru longués, mais dans l’ensemble ça va, et comme je le disais précédemment, cet essai se lit assez facilement. Cette réflexion sur la place des femmes, le regard qu’on porte sur elles, nous montre qu’il y a eu des améliorations; certaines pensées de De Beauvoir sont même aujourd’hui dépassées. Mais, on se rend compte qu’un certain nombre de choses qu’elle décrit ou affirme sont encore d’actualité, même en France. Et c’est franchement malheureux. Donc on voit, en lisant cet essai, que nos sociétés n’ont pas assez évolué sur la vision et la place des femmes dans celles-ci. Des efforts sont encore à fournir. Et parfois, quand on voit ce qu’il se passe d’en d’autres pays, on se rend compte que nos acquis, nos droits, obtenus par nos aïeules, sont encore à défendre. Pour ma part, je pense que c’est un ouvrage à lire, tant par les femmes que par les hommes, même s’il n’est pas forcément à la portée de tous. Je pense donc que je lirai le tome 2.

Elodie


Quelques informations supplémentaires:

Essai

Editeur: Folio

Date de parution: 1949 (réédition de 1986)

Prix: 10€40

Pages: 408