Millenium 4. Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Après quelques mois d’absence, je fait mon retour avec un livre lu en début d’année. Il s’agit du tome 4 de la saga Millenium, Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz. J’avais aimé les trois premiers volumes écrits par Stieg Larson, et j’étais assez curieuse de lire la suite, écrite par un autre auteur.

 » La revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et il envisage de changer de métier. Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda. »

J’ai plutôt apprécié cet ouvrage. On est bien dans la continuité de l’œuvre de Stieg Larson. L’histoire reprend quelques mois après la fin du précédent tome. On assiste à un complot mondial où entrent en jeu la CIA, un groupe obscur, la police et les renseignements suédois. La mort du mathématicien suédois Frans Balder, qui avait contacté Michael Blomkvist, va secouer un certains nombre de personnes et des services de différents pays, mais également l’opinion publique, puisque le tueur a épargné le fils autiste du chercheur. Lisbeth, qui était également en contact avec le mathématicien, se retrouve une fois de plus au cœur de cette affaire, puisqu’elle secourt ce petit garçon de 8 ans. C’est le début d’une chasse à l’homme, mais également le début d’une guerre entre deux sœurs jumelles qui ne se ressemblent en rien: Lisbeth et Camilla Salander. Là dessus, intervient Michael Blomkvist, qui se retrouve presque par hasard au plus près de l’enquête.

J’ai aimé retrouver ces personnages, et surtout découvrir celui de Camilla Salander, qui n’apparaissait quasiment pas dans les tomes précédents. Cela nous permet d’en apprendre plus sur elle, comment elle a grandi, ce qu’elle devenue, etc. Il s’agit ici d’une histoire nouvelle, mais dans la continuité des volumes précédents. Le récit est bien écrit, il y a beaucoup de suspens, et je dois dire que ce n’était pas forcément évident de faire une suite après la mort de l’auteur originel. Néanmoins, je trouve qu’il manque quand même ce petit truc qu’on retrouvait chez Stieg Larson et qui était vraiment caractéristique de cet auteur et donc de Millénium.

Je vous recommande néanmoins la lecture de ce roman.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Actes Sud, collection Actes noirs
  • Date de publication : août 2015Act
  • Genre:  roman policier, thriller
  • Prix : 23€
  • Pages : 482

 

Publicités

La Sirène – Camilla Läckberg

La Sirène

 

 

Roman Policier

Editeur: Actes Sud

Collection : Actes noirs

Parution: 2 juin 2012 (broché)

Prix: 23€50

Pages: 416

 

 

Quelques mots sur l’auteur

Camilla Läckberg est une écrivaine suédoise, née en 1974. Elle est principalement connue pour sa série de romans policiers, mettant en scène Erica Falck et son compagnon le commissaire Patrik Hedström. Elle est également l’auteur de livres pour enfant. Son premier roman, La Princesse des glaces, est paru en 2008.

Résumé

Un homme a mystérieusement disparu à Fjällbacka. Toutes les recherches lancées au commissariat de Tanumshede par Patrik Hedström et ses collègues s’avèrent vaines. Impossible de dire s’il est mort, s’il a été enlevé ou s’il s’est volontairement volatilisé.
Trois mois plus tard, son corps est retrouvé figé dans la glace. L’affaire se complique lorsque la police découvre que l’une des proches connaissances de la victime, l’écrivain Christian Thydell, reçoit des lettres de menace depuis plus d’un an. Lui ne les a jamais prises au sérieux, mais son amie Erica, qui l’a aidé à faire ses premiers pas en littérature, soupçonne un danger bien réel. Sans rien dire à Patrik, et bien qu’elle soit enceinte de jumeaux, elle décide de mener l’enquête de son côté. A la veille du lancement de La Sirène, le roman qui doit le consacrer, Christian reçoit une nouvelle missive. Quelqu’un le déteste profondément et semble déterminé à mettre ses menaces à exécution.

Mon avis

Dans ce sixième roman de la série Erica Falck, on a de nouveau une intrigue à multiples entrées. On a l’histoire autour d’Erica et de sa famille, celle autour de Christian Thydell, celle autour de la disparition, et le récit qui se trouve entre chaque chapitre, et qui fait le lien entre toutes ces histoires. Dans ce nouveau roman, Erica est enceinte de jumeaux, et comme on peut s’en douter, elle ne peut pas faire grand chose à cause de son tour de taille. Néanmoins, elle soutient son ami bibliothécaire, Christian Thydell (apparu dans les romans précédents), qui est sur le point de faire paraître son premier roman. Mais parallèlement, on apprend que Magnus Kjellner a disparu depuis trois mois, sans laisser de trace, et il n’y a aucun suspect en vue. C’est une disparition inexplicable, puisque tout semblait aller au mieux dans sa vie,  tant privée que professionnelle. Finalement son cadavre est découvert. On apprend également que Christian a reçu des lettres de menaces, qu’il fait comme si de rien n’était, alors qu’Erica, elle, va s’en préoccuper. Patrik Hedström doit donc faire face à une enquête très complexe. Et, comme à son habitude, Erica ne peut s’empêcher de fouiller partout.

Ce qui m’a plus dans ce roman, c’est la complexité de l’histoire et des personnages. On voit bien qu’il faut toujours se méfier des apparences. L’auteure nous ballade complètement.  Personnellement, au milieu du récit, je pensais avoir trouvé le meurtrier, et évidemment ce n’était pas le bon. J’ai d’ailleurs eu un relâchement dans ma lecture à ce moment là. Je trouvais que le récit n’allait pas assez rapidement. Au final, cette impression s’est peu à peu estompée. Il y a du suspens jusqu’aux dernières pages. J’ai été surprise par l’identité de l’assassin, son profil. A la fin du roman, on se demande se qu’il va se passer dans le prochain. Donc Camilla Läckberg maîtrise vraiment son récit jusqu’à la fin, elle nous tient en haleine.

Comme vous l’aurez sans doute compris, j’ai aimé ce roman. Et, si vous aimez les romans policiers, en particulier ceux de cette auteure, je ne peux que vous recommander la lecture de ce sixième opus.

Elodie