Hollywood ne répond plus d’Olivier Rajchman

Hollywood-ne-repond-plus

« Au début des années 1960, la 20th Century Fox traverse une crise sans précédent qui manque de la faire sombrer. Au coeur de cette tempête naissent pourtant deux films : Cléopâtre et Le Jour le plus long, qui marqueront l’histoire du cinéma, ainsi qu’un troisième, Something’s Got to Give, qui demeurera inachevé. Leurs destins, comme ceux de leurs protagonistes, sont étroitement liés.
Ce livre met en scène un mythe blond – Marilyn Monroe – face à une légende brune – Elizabeth Taylor. La descente aux enfers de l’une, quand la vie de l’autre se rallume au feu d’une passion.
Il fait aussi revivre un immense cinéaste, Joseph L. Mankiewicz, dont les ambitions se heurtent à celles du grand producteur Darryl F. Zanuck.
De Los Angeles au Cinecittà de la Dolce Vita, de Londres à Paris en passant par New York, Hollywood ne répond plus nous entraîne dans un monde de pouvoirs, de jalousies et de créations. Ce récit d’une épopée, humaine et artistique, est aussi celui de la fin de l’âge d’or hollywoodien. »

Hollywood ne répond plus retrace les destins croisés d’Elizabeth Taylor, Marilyn Monroe, Joseph Mankiewicz, et bien d’autres encore, au début des années 1960. C’est un moment compliqué pour la compagnie qui les emploie, à savoir la 20Th Century Fox, alors même que deux projets rivaux se montent, Cléopâtre et Le Jour le plus long.

C’est un ouvrage intéressant pour quiconque s’intéresse à l’histoire du cinéma, car on y voit les rivalités entre actrices, acteurs, réalisateurs, membres de la production. On en apprend plus sur les coups durs et les coups tordus, sur le comportement de chacun, et surtout sur la complexité de monter un film. Il est également intéressant de se rendre compte que Cléopâtre et Le Jour le plus long ont failli ne jamais se faire ou se finir, alors même qu’aujourd’hui ils sont considérés comme deux chefs d’œuvre. Avec ce livre, on entre dans une forme d’intimité avec ces personnages, et il nous permet de découvrir un pan assez méconnu de l’histoire cinématographique américaine.

Hollywood ne répond plus est un ouvrage qui se lit assez facilement. Néanmoins, je n’ai pas trop aimé la manière dont il est construit. L’auteur fait sans arrêt des soubresauts dans le temps, ce qui est un peu énervant et peut être gênant pour la lecture. J’aurai peut-être préféré un récit chronologique. Mais je vous encourage tout de même à découvrir ce livre.

Je voudrais enfin remercier Babelio et les Editions Baker Street de m’avoir envoyé cet ouvrage et m’avoir permis de le lire.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur: Baker Street
  • Genre : cinéma, biographie
  • Date de publication : mai 2017
  • Prix : 21€
  • Pages : 410

 

Millenium 4. Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz

Après quelques mois d’absence, je fait mon retour avec un livre lu en début d’année. Il s’agit du tome 4 de la saga Millenium, Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz. J’avais aimé les trois premiers volumes écrits par Stieg Larson, et j’étais assez curieuse de lire la suite, écrite par un autre auteur.

 » La revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et il envisage de changer de métier. Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda. »

J’ai plutôt apprécié cet ouvrage. On est bien dans la continuité de l’œuvre de Stieg Larson. L’histoire reprend quelques mois après la fin du précédent tome. On assiste à un complot mondial où entrent en jeu la CIA, un groupe obscur, la police et les renseignements suédois. La mort du mathématicien suédois Frans Balder, qui avait contacté Michael Blomkvist, va secouer un certains nombre de personnes et des services de différents pays, mais également l’opinion publique, puisque le tueur a épargné le fils autiste du chercheur. Lisbeth, qui était également en contact avec le mathématicien, se retrouve une fois de plus au cœur de cette affaire, puisqu’elle secourt ce petit garçon de 8 ans. C’est le début d’une chasse à l’homme, mais également le début d’une guerre entre deux sœurs jumelles qui ne se ressemblent en rien: Lisbeth et Camilla Salander. Là dessus, intervient Michael Blomkvist, qui se retrouve presque par hasard au plus près de l’enquête.

J’ai aimé retrouver ces personnages, et surtout découvrir celui de Camilla Salander, qui n’apparaissait quasiment pas dans les tomes précédents. Cela nous permet d’en apprendre plus sur elle, comment elle a grandi, ce qu’elle devenue, etc. Il s’agit ici d’une histoire nouvelle, mais dans la continuité des volumes précédents. Le récit est bien écrit, il y a beaucoup de suspens, et je dois dire que ce n’était pas forcément évident de faire une suite après la mort de l’auteur originel. Néanmoins, je trouve qu’il manque quand même ce petit truc qu’on retrouvait chez Stieg Larson et qui était vraiment caractéristique de cet auteur et donc de Millénium.

Je vous recommande néanmoins la lecture de ce roman.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Actes Sud, collection Actes noirs
  • Date de publication : août 2015Act
  • Genre:  roman policier, thriller
  • Prix : 23€
  • Pages : 482

 

Avant toi de Jojo Moyes

avant-toiAvant toi n’est pas du tout le genre de livre que je lis habituellement, mais il faut savoir sortir des sentiers battus. Lorsque le film est sorti, sa bande-annonce m’avait assez plu, mais sachant qu’il s’agissait de l’adaptation d’un roman, je voulais lire ce dernier avant. Par ailleurs, les avis positifs de plusieurs bloggeuses et youtubeuses ont fini de me convaincre.

 » Lou est un fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques moins pour le faire changer d’avis. »

Dans ce roman, on suit le parcours de Lou, une jeune femme habitant le fin fond de l’Angleterre. Issue d’une famille modeste, c’est grâce à son salaire que sa famille « fonctionne » au quotidien, jusqu’au jour où elle perd son travail. Après maintes recherches et plusieurs petits boulots, elle accepte de devenir l’accompagnatrice d’un jeune tétraplégique, Will Traynor. Leur rencontre est un véritable choc, tant social que culturel. Lou et Will ne font absolument pas partie du même monde. Après une période de confrontation et d’évitement, les deux personnages principaux s’apprivoisent peu à peu, et commencent même à s’apprécier. Mais tout change, lorsque Lou apprend la vrai raison de son emploi.

Avant toi est vraiment un livre magnifique. C’est une histoire qui aborde un sujet grave, pas forcément évident à traiter, mais qui a au moins le mérite d’exister. Les personnages sont drôles, attachants, sincères. L’auteur aborde ici un sujet dramatique, mais n’en fait pas trop, il n’y a pas de pathos, bien à contraire, elle aborde le sujet en toute humilité avec quelques pointes d’humour. A travers les personnages de Lou et Will, on assiste au choc entre deux mondes, entre deux sociétés qui se croisent mais ne se mêlent jamais, et ce mélange des genres est plutôt intéressant et donne lieu à quelques scènes cocasses. Lou et Will sont des personnes qui en apparence n’ont aucun point en commun, mais qui au final se ressemblent beaucoup. C’est un livre sur la résignation mais aussi sur le dépassement de soi. Bref, c’est une très belle histoire, j’ai vraiment adoré ce roman, et je dois vous avertir que si vous êtes un peu sensible ou émotif sur les bords, prévoyez les mouchoirs. Je lirai certainement la suite intitulée Après toi, et je ne peux que vous conseiller de lire ce roman.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires :

  • Editeur : Milady
  • Date de publication : Juin 2016
  • Genre : roman
  • Prix : 7€90
  • Pages : 520

La vielle dame qui avait vécu dans les nuages de Maggie Leffler

la-vielle-dame« A 87 ans, Mary Browning sent que le temps est venu pour elle de raconter son histoire et les secrets qu’elle garde enfouis depuis de si longues années. En fait, depuis le jour où un parachutiste est tombé dans le jardin de ses parents, faisant éclore son rêve : devenir aviatrice. Cette passion, Mary l’a vécue intensément, à chaque seconde de sa vie. Mais, en retour, elle a payé le prix fort, allant jusqu’à renier ses origines juives et sa famille pour suivre son destin. A qui confier et transmettre le récit de ce qui fut à la fois son feu sacré et sa grande faute ? La réponse arrive en la personne d’une très jeune fille. En elle, Mary croit retrouver les traits de Sarah, sa sœur adorée qu’elle a dû abandonner. Un signe du destin qui marque le début d’une amitié aussi belle qu’improbable, faite de confidences et de récits extraordinaires jusqu’à l’émouvante révélation finale… »

Dans ce roman, on suit le parcours d’une dame âgée, nommée Mary Browning, qui vit à Pittsburgh aux Etats-Unis. On apprend rapidement qu’elle fait partie d’un groupe d’écriture pour seniors, or, elle n’a pas écrit une ligne depuis environ dix ans. Dans ce récit, Mary revient sur ses souvenirs, notamment ceux concernant la Seconde guerre mondiale; période où elle a été aviatrice pour l’armée américaine, mais également ceux concernant sa vie familiale. Lors d’une séance du groupe, une adolescente, Elyse, se joint à eux. Cette dernière se rêve écrivain. On assiste alors à la rencontre improbable entre cette jeune fille et cette dame âgée.

Etre aviatrice pendant la Seconde guerre mondiale était quelque chose d’extraordinaire, mais pourtant c’est un fait méconnu aux Etats-Unis. Mary apprend alors que le Président américain souhaite rendre hommage à ces femmes hors du commun. Rattrapée par ses souvenirs, Mary décide finalement de les mettre sur papier, mais ne sait pas à qui confier la rédaction de ses mémoires.

Entre flashback et situations d’aujourd’hui, on suit le passé, la vie de ces personnages, tous aussi attachants les uns que les autres. L’auteur revient ici sur un fait méconnu, le rôle des femmes pilotes américaines pendant le second conflit mondial. Elle relate des faits de la grande Histoire, par le biais de la petite. On s’identifie aisément aux personnages, tant à celui de Mary qu’à celui d’Elyse, bien que les deux protagonistes n’aient pas le même âge et ne soient pas de la même génération. Mais d’une certaine manière, elles sont courageuses toutes les deux, elles affrontent des évènements, plus ou moins tragiques.

L’écriture de Maggie Leffler est très fluide, l’auteur nous embarque littéralement dans ce récit. C’est une très belle histoire, que je vous conseille de lire. Néanmoins, j’ai trouvé un petit bémol à cette histoire. En effet, certaines révélations faites en fin de roman ne sont pas spécialement une surprise, on s’y attend presque. Pour terminer, je tiens à remercier les équipes de Babelio et de Harper Collins pour m’avoir permis de lire ce magnifique roman.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Harper Collins
  • Date de publication : 2 novembre 2016
  • Genre : Roman
  • Prix : 17€90
  • Pages : 353

 

Le mystère Napoléon de Steve Berry

mystere-napoleon » 1821, île de Sainte-Hélène. Napoléon meurt en exil, emportant bien des secrets dans sa tombe. Durant ses années de conquêtes, il avait eu accès à des archives occultes, notamment celles du Vatican et des Chevaliers de Malte. En héritage, il laisse à son fils un ouvrage consacré aux royaumes mérovingiens. Pourquoi? Que renferme ce livre si mystérieux? Cotton Malone part sur les traces de l’un des secrets les mieux gardés de l’Empereur. »

Dans ce roman de Steve Berry, le roman se déroule pour une grande partie en France, notamment à Paris. L’auteur nous entraine sur les pas de Napoléon, mais surtout sur les traces de son supposé trésor. Il est également question d’un complot économico-politique, mené par une descendante de Pozzo di Borgo, un ennemi juré de Napoléon. Pour couronner le tout, on est également face à une vengeance, puisque Henrik Thorvaldsen, cherche par tous les moyens, à venger l’assassinat de son fils.

Le lien entre tout ces faits semble au départ improbable, et pourtant les évènements vont prouver le contraire. Cotton Malone se retrouve mêlé à ces affaires, qui au départ ne le concerne pas, par la biais d’un certain Sam, envoyé à lui par Henrik. Une fois de plus, Malone se retrouve dans une sacrée aventure.

Avec ce roman, on retrouve des personnages que l’on apprécie depuis plusieurs ouvrages maintenant. Le lecteur est véritablement plongé dans cette chasse au trésor, qui est aussi, plus ou moins, une chasse à l’homme. Il y a beaucoup d’évènements qui s’enchainent, de l’action, du suspens. Steve Berry nous prouve une fois plus que son écriture est efficace, il nous tient jusqu’au bout en haleine.

Encore une fois, j’ai aimé ce roman de Steve Berry. Mais je dois tout de même dire que j’ai eu un passage à vide au milieu du roman, je n’arrivais plus à avancer dans la lecture. Mais je pense, que c’était plutôt dû à mon humeur du moment. Malgré ce petit bémol, je vous recommande de lire cet ouvrage.

Elodie


Informations supplémentaires:

  • Editeur : Pocket
  • Date de parution : Janvier 2013
  • Genre : Thriller
  • Prix : 8€20
  • Pages : 595

La guerre de Louise 1914-1921 de Sylvie Arnoux

la-guerre-de-louiseLa guerre de Louise est un ouvrage qui revient sur un fait méconnu, à savoir la déportation de populations civiles en Allemagne pendant la Première Guerre mondiale.

A travers le parcours de sa grand-mère, Sylvie Arnoux nous fait revivre une période sombre du premier conflit mondial. A la lecture de l’ouvrage, on s’aperçoit qu’elle ne s’intéresse pas seulement à sa grand-mère. En effet, bien que Louise soit le fil rouge du récit, Sylvie Arnoux s’intéresse également aux autres familles du village d’Herbeuville, voire même aux villages alentours. Herbeuville et les localités de la vallée de la Woëvre, à proximité de Verdun, sont parmi les premières à être envahies et occupées par les troupes ennemies. A partir de ce moment, on apprend que la population est « parquée » avant d’être envoyée en Allemagne dans des trains à bestiaux. On apprend alors que la déportation de population par ce moyen de transport existe avant la Seconde guerre mondiale. Une fois arrivée en Allemagne, hommes et femmes sont séparés, se retrouvent dans ces camps différents. Comme on peut se l’imaginer, ou non, leurs conditions de vie sont horribles, ils manquent de tout. Finalement Louise et sa mère ne reste que quelques mois en Allemagne, avant d’être rapatriées en France. La Lorraine étant une zone de combat, ces familles sont envoyées dans des départements du sud de la France, notamment dans la Drôme. Sur place, l’intégration est plus ou moins facile. On apprend ainsi que certains villages et villageois ne veulent pas accueillir de réfugiés. Comme quoi, un siècle plus tard, l’histoire se répète.  Louise et a famille ne peuvent rentrer à Herbeuville qu’en 1921, car sur place, il n’y a plus rien, et la zone reste assez dangereuse.

Pour construire et écrire son livre, Sylvie Arnoux s’est appuyée sur de nombreuses sources. L’ouvrage est agrémenté de notes de Louise, de photos, de cartes, et de divers textes. C’est un livre que j’ai trouvé bien documenté. La lecture est aisée et fluide. L’auteur explique très bien les faits, alors même qu’elle n’est pas historienne. C’est un sujet que j’ai trouvé très intéressant, et qui mérite d’être connu. Je vous recommande donc la lecture de cet ouvrage.

Je tiens également à remercier Babelio, et Entre-temps éditions, pour m’avoir fait découvrir ce livre.

Elodie


Quelques informations supplémentaires:

Editeur : Entre-temps éditions

Date de publication : 9 juin 2016

Genre : Histoire

Prix : 23€

Pages : 192

Le talisman du Téméraire. T2 Le diamant de Bourgogne de Juliette Benzoni

le-diamant-de-bourgogne« De disparitions en découvertes, de mensonges en révélations, de Paris à la Franche-Comté en passant par la Suisse, le trésor de Charles le Téméraire ne cesse d’entraîner Aldo Morosini et son « gang » dans une folle aventure.
Après avoir réussi à localiser les trois rubis dits « Les Trois Frères », c’est à la poursuite d’un gros diamant bleuté « Le Diamant de Bourgogne » que se lance notre héros.
Mais Aldo Morosini doit avant tout retrouver Marie-Angéline qui s’est enfui en lui subtilisant le rubis qu’il gardait précieusement… »

J’avais lu le premier tome du Talisman du Téméraire en avril ou en mai dernier, et j’ai donc attendu un peu pour lire la suite.

Au début de ce tome-ci, c’est le branle de combat, pour retrouver Marie-Angéline. Aldo, Adalbert et la Marquise de Sommières pense que celle-ci est partie pour la Franche-Comté ou la Suisse. C’est donc là-bas que Morosini se rend, pour essayer d’en apprendre un peu plus. Une fois sur place, comme d’habitude, Aldo doit faire avec la police locale. L’arrivée d’Adalbert et leur rencontre avec un de leurs amis, Vaudrey Chaumard, va le soulager. Malheureusement, Plan-Crépin est difficile à retrouver, voire introuvable.

Ne désirant pas spoiler votre lecture, je n’entrerai pas plus dans les détails du récit.

Avec ce second tome, notre « tribu » est de nouveau entraînée dans une aventure rocambolesque, et les personnages vont passer par toutes les émotions. Ils croisent de nouveau Hugo de Hagenthal, véritable sosie de Charles le Téméraire, et qui est en partie, la cause du départ de Plan-Crépin. On retrouve quasiment tous les personnages du premier tome.

J’étais assez pressée de découvrir la suite et fin de cette aventure, en lien avec les bijoux d’un des plus célèbres duc de Bourgogne. Comme d’habitude, la regrettée Juliette Benzoni, a su entraîner son lecteur dans les pas d’Aldo Morosini. A présent, je suis assez curieuse de lire son dernier ouvrage, Le vol du Sancy, publié en janvier dernier, peu de temps avant son décès.

Pour les fidèles lecteurs de cette romancière, ou pour ceux qui aiment les romans historiques, je vous recommande la lecture de ce récit.

Elodie

Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella

confession-accro-shoppongAprès avoir enchainé des polars et des romans fantastiques, j’ai ressenti le besoin de lire un ouvrage un peu plus léger. Comme j’avais adoré le film Confession d’une accro du shopping de Paul John Hogan avec Isla Fisher, je me suis dit, pourquoi ne pas lire le support original?

« Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Un peu de shopping pour se remonter le moral ! C’est la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble magique ! Chaussures, maquillage, fringues sublimes… rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… »

A la différence du film, l’histoire se déroule à Londres. Rebecca Bloomwood est une jeune journaliste financière, et véritable modeuse. Mais problème, sa passion pour les beaux vêtements et autres accessoires, l’a entrainé sur les pentes de l’endettement. Alors qu’elle reçoit de plus en plus de courriers provenant de ses différentes banques, en particulier d’un certain Derek Smeath, elle fait tout pour éviter de regarder la réalité en face et pour ne pas payer ce qu’elle doit. Becky est une véritable rêveuse, qui rêve d’ascension sociale, et du prince charmant (très riche de préférence). Elle se retrouve sans cesse dans des situations embarrassantes, qui rendent le récit très drôle.

Je pense que l’on peut facilement se reconnaître dans le personnage de Rebecca Bloomwood, même si on ne dépense pas toutes (tous) notre argent par les fenêtres. Malgré quelques gros défauts, Becky est une fille plutôt attachante, et qui, quand elle est décidée, peut tout mettre en oeuvre pour atteindre son but. En lisant Confession d’une accro du shopping, on se rend compte que l’on pourrait très facilement tomber dans la même spirale que Becky. En effet, qui ne rêverait pas d’une paire de Louboutin, ou d’un sac Lancel, Chanel ou autre. Le shopping est une véritable addiction, une drogue, le pire étant que Rebecca en est consciente. Sophie Kinsella traite ce sujet très sérieux avec beaucoup d’humour.

L’histoire du roman est légèrement différente de celle du film (ou c’est plutôt le contraire),mais je n’ai pas été déçue de ma lecture. Le livre et le film sont à mon sens assez complémentaires. Cet ouvrage a fait connaître Sophie Kinsella mondialement, et n’est que le premier d’une longue série. Les personnages y sont touchants, attachants et un peu loufoques. C’est une lecture drôle et légère, qui fait du bien, avec laquelle on ne se prend pas la tête. Pour les amateurs du genre et pour ceux qui ont apprécié le film, je ne peux que vous recommander cet ouvrage.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires :

  • Editeur : Pocket ( existe en version broché chez Belfond)
  • Date de parution : février 2006 (janvier 2004)
  • Genre : roman
  • Prix : 7€40 (18€90 en broché)
  • Pages : 372

Eragon tome 2:L’Ainé de Christopher Paolini

eragon-t2

Après avoir lu le premier tome d’Eragon, j’ai enchaîné directement avec le deuxième.

« Eragon et Saphira, sa dragonne, sont à peine sortis vainqueurs de la bataille de Farthen Dûr que des Urgals attaquent de nouveau et tuent le chef des Vardens…. Nasuada, sa fille, est nommée à la tête des rebelles. Après lui avoir prêté allégeance, Eragon entreprend avec Saphira un long et périlleux voyage vers Ellesméra, le royaume des elfes, où ils recevront les enseignements d’un vieux dragonnier.  Pendant ce temps, Roran, le cousin d’Eragon, organise la défense de son village contre les Ra’zacs, qui au cours d’un assaut enlèvent sa fiancé. Ces épreuves ont endurci le jeune homme. PLus que jamais déterminé à lutter contre l’empire de Galbatorix, il convainc les villageois de rejoindre les rebelles au Surda. Désormais, Eragon et Roran poursuivent un seul et même but : détruire les forces du mal. »

Dans ce deuxième opus, notre jeune dragonnier quitte les Vardens et les nains pour poursuivre sa formation auprès des Elfes. Son apprentissage elfique s’avère assez dur, mais très instructif. Parallèlement, on retrouve Roran, revenu à Carvahall après la mort de son père. Il en veut beaucoup à Eragon, dont il ne comprend pas la fuite, ni le comportement. Mais lui aussi fait le dur apprentissage de la vie. Il devient, un peu contre son gré, un rebelle aux yeux de l’Empire, du moins Galbatorix cherche à s’en emparer. Roran doit protéger ses proches et devient un leader malgré lui. Comme son cousin Eragon, il va devoir affronter de nombreux dangers, et va vivre des aventures fortes.

Je précise ici que je ne rentre pas trop dans le récit, par peur de spoiler, car beaucoup d’évènements s’enchainent pour les différents personnages.

Contrairement au premier tome, qui était très centré autour du personnage d’Eragon (d’où le titre), ce deuxième roman narre, à peu près à part égale, les aventures d’Eragon et de Roran. Du coup, c’est très intéressant, car on a deux récits en un, mais qui évidemment à un moment se rejoignent. Bien qu’Eragon ait quitté les siens, on continue à suivre le parcours des habitants de Carvahall. Et c’est plutôt bien, puisque quelques personnages du village avaient déjà une certaine importance dance le tome 1, il aurait donc été illogique qu’ils n’apparaissent pas dans ce roman. Par ailleurs, l’auteur développe de nouveau assez bien les personnages secondaires, parmi lesquels Arya, Nasuada ou encore Orik. Le récit, lui est toujours plus sombre, mais il ne peut en être autrement. En même temps, on sent toujours poindre une lueur d’espoir chez les personnages. Une fois de plus on vit de grandes aventures en lisant cet ouvrage.

Je ne peux que vous recommander sa lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Bayard Jeunesse
  • Date de publication : février 2006
  • Genre : Jeunesse, Fantasy
  • Prix : 19€90
  • Pages : 809

Eragon – Tome 1, de Christopher Paolini

Eragon t1.jpgEragon est une série de romans que je voulais lire depuis longtemps, mais faute de temps, et aussi parce que j’ai eu d’autres envies de lecture, je ne m’étais pas plonger dedans.

A vrai dire, c’est le film éponyme qui m’a donné envie de lire cet ouvrage, bien qu’il ait été démonté par la critique et les spectateurs.

J’ai également conscience que le livre ayant été lu par des millions de lecteurs, a déjà du être critiqué un nombre incalculable de fois, mais je ne vois pas pourquoi je ne vous proposerai pas mon avis. Entrons dès lors dans le vif du sujet.

« Voilà bien longtemps que le mal règne dans l’Empire de l’Alagaësia… Et puis, un jour, le jeune Eragon découvre au coeur de la forêt une magnifique pierre bleue, étrangement lisse. Fasciné et effrayé, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit très simplement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’une oeuf, et qu’un dragon, porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui-même, va en éclore… Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter, avec son jeune dragon, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite. Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains. »

Eragon est un jeune fermier vivant à proximité du village de Carvahall, das l’Alagaësia. Il a été élevé par son oncle, et n’a jamais connu ses parents. Le héros du roman est donc un jeune orphelin. Eragon a une vie plutôt paisible, bien que des bruits, des rumeurs concernant des troubles et des révoltes commencent à parvenir à Carvahall. Lors d’une chasse, il trouve une pierre bleue, qu’il tente de revendre en vain. Cette pierre, qui est en fait un œuf, finit par éclore; c’est ainsi qu’apparaît un nouveau dragon. Dès lors, la vie de notre jeune héros est complètement chamboulée. Il doit quitter les siens, et tracer sa propre route. C’est le début d’une grande aventure pour lui.

Bien qu’il s’agisse d’un roman jeunesse, le roman ne traite pas de sujets forcément légers, et ce n’est pas gênant de le lire une fois adulte, car le héros acquiert très rapidement un comportement d’adulte. J’ai trouvé que cet ouvrage était bien écrit, alors même que l’auteur était très jeune au moment de l’écriture et de la parution de ce premier tome. On s’attache très facilement et très rapidement au personnage d’Eragon. Comme je le disais précédemment, c’est un jeune orphelin, qui ne connaît pratiquement rien de ses origines, et qui parce qu’il a eu le malheur de tomber sur un étrange objet, doit quitter les siens. Comment ne pas se sentir proche de ce jeune héros?  Par ailleurs, on sent dès le départ qu’un destin extraordinaire l’attend. Ce premier tome est assez centré autour du personnage d’Eragon, (en même temps, c’est le titre du roman) pour autant les personnages secondaires ne sont pas oubliés, et son assez bien développés. Tous ont un rôle (plus ou moins important) à jouer.

A travers les différents évènements et situations qu’il est amené à vivre, Eragon devient peu à peu un adulte, mais peut-être plus rapidement que n’importe quel jeune de son âge. Ce thème du passage à l’âge adulte est d’autant plus intéressant que l’auteur lui-même sortait à peine de l’adolescence au moment de l’écriture, il a donc pu traiter le sujet aisément.

Avec cette série d’ouvrages, Christopher Paolini a été décrit comme le digne héritier de Tolkien. Pour avoir lu les trois tomes du Seigneur des anneaux, je peux vous dire que c’est vrai. Il est clair qu’il s’est inspiré du célèbre auteur britannique, puisque par moment on a l’impression d’être dans l’un des romans de ce dernier. Néanmoins, je trouve que par moment on est à la limite du copier-coller, du moins certains passages sont troublants de ressemblance avec Le Seigneur des anneaux. C’est à vrai dire, le seul bémol que j’ai pu trouvé à ce roman jeunesse.

Comme vous vous en doutez, j’ai aimé cet ouvrage, et je suis même en train de lire le deuxième tome. Je ne peux donc que vous recommander sa lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Éditeur : Bayard Jeunesse
  • Date de parution : 18 octobre 2004
  • Genre : jeunesse, fantasy
  • Prix : 19€90
  • Pages : 697