Outlander : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon

Le-chardon-et-le-tartan.jpg« 1945. Claire passe ses vacances en Ecosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison: en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille.

Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois? »

Une amie m’avait conseillé de regarder la série, j’ai donc vu la saison 1 l’été dernier. A la suite de quoi, j’ai effectué un voyage en Ecosse. Ayant adoré la série et sachant qu’elle était tirée d’une série d’ouvrages, j’ai voulu lire le premier tome, chose que j’ai faite en début d’année.

J’ai adoré, autant que la série. J’ai aimé tant le côté historique que fantastique. On quitte une période sombre, la Seconde Guerre mondiale, pour une autre qui l’est tout autant, puisque vers 1743, les Highlanders commencent à se rebeller contre les Anglais. Ce premier tome se passe essentiellement dans le passé. On y découvre alors la vie quotidienne des Ecossais à l’époque.

Dans ce roman, on suit le parcours de Claire Randall. Infirmière pendant la Seconde Guerre mondiale, elle ne fait que retrouver son mari, en 1945. Pour leurs retrouvailles, ils décident de partir en Ecosse. Son mari Franck en profite pour faire des recherches généalogiques. Elle est donc souvent seule. Lors d’une balade, elle se retrouve dans un cercle de pierre, le Craig na dun, et en touchant une des pierres, bascule dans un autre monde, ou plutôt, une autre époque. Elle se réveille à peu près au même endroit, mais en 1743, soit deux siècles auparavant. Elle se retrouve dans les Highlands, au cœur d’une lutte entre certains Highlanders et les Anglais. Au début du roman, étant elle-même anglaise, elle est plus ou moins prisonnière d’un groupe d’Ecossais mené par Douglas Mackenzie. Elle fait alors la connaissance de Jamie, qui est un jeune écossais impétueux, combattif, hardi. Claire va peu à peu apprendre à connaître les habitants et le mode de vie de cette époque. Elle va vivre des aventures rocambolesques, va devoir faire face à des personnages manipulateurs, cruels, tel que le capitaine Jack Randall, véritable sosie de son mari.

Bien que le premier tome soit assez conséquent, plus de 800 pages, la lecture se fait aisément, tant l’écriture est fluide et l’histoire bien écrite. Il n’y a pas de temps mort, tout s’enchaine rapidement pour les différents personnages. Il se passe toujours quelque chose, et en tant que lecteur, on a qu’une envie: connaître la suite. Il ne faut donc pas avoir peur de la grosseur de l’ouvrage.

Comme vous pouvez vous en douter, j’ai adoré ce roman, le deuxième tome m’attend déjà. Mais cette fois, j’essaierai de le lire avant de voir la saison 2 de la série. Je vous conseille donc à la fois la lecture de cet ouvrage et le visionnage de la série, qui sont addictifs tous les deux.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : J’ai lu
  • Date de publication : août 2014
  • Genres : roman historique, fantasy
  • Prix : 16€
  • Pages : 856

Eragon tome 2:L’Ainé de Christopher Paolini

eragon-t2

Après avoir lu le premier tome d’Eragon, j’ai enchaîné directement avec le deuxième.

« Eragon et Saphira, sa dragonne, sont à peine sortis vainqueurs de la bataille de Farthen Dûr que des Urgals attaquent de nouveau et tuent le chef des Vardens…. Nasuada, sa fille, est nommée à la tête des rebelles. Après lui avoir prêté allégeance, Eragon entreprend avec Saphira un long et périlleux voyage vers Ellesméra, le royaume des elfes, où ils recevront les enseignements d’un vieux dragonnier.  Pendant ce temps, Roran, le cousin d’Eragon, organise la défense de son village contre les Ra’zacs, qui au cours d’un assaut enlèvent sa fiancé. Ces épreuves ont endurci le jeune homme. PLus que jamais déterminé à lutter contre l’empire de Galbatorix, il convainc les villageois de rejoindre les rebelles au Surda. Désormais, Eragon et Roran poursuivent un seul et même but : détruire les forces du mal. »

Dans ce deuxième opus, notre jeune dragonnier quitte les Vardens et les nains pour poursuivre sa formation auprès des Elfes. Son apprentissage elfique s’avère assez dur, mais très instructif. Parallèlement, on retrouve Roran, revenu à Carvahall après la mort de son père. Il en veut beaucoup à Eragon, dont il ne comprend pas la fuite, ni le comportement. Mais lui aussi fait le dur apprentissage de la vie. Il devient, un peu contre son gré, un rebelle aux yeux de l’Empire, du moins Galbatorix cherche à s’en emparer. Roran doit protéger ses proches et devient un leader malgré lui. Comme son cousin Eragon, il va devoir affronter de nombreux dangers, et va vivre des aventures fortes.

Je précise ici que je ne rentre pas trop dans le récit, par peur de spoiler, car beaucoup d’évènements s’enchainent pour les différents personnages.

Contrairement au premier tome, qui était très centré autour du personnage d’Eragon (d’où le titre), ce deuxième roman narre, à peu près à part égale, les aventures d’Eragon et de Roran. Du coup, c’est très intéressant, car on a deux récits en un, mais qui évidemment à un moment se rejoignent. Bien qu’Eragon ait quitté les siens, on continue à suivre le parcours des habitants de Carvahall. Et c’est plutôt bien, puisque quelques personnages du village avaient déjà une certaine importance dance le tome 1, il aurait donc été illogique qu’ils n’apparaissent pas dans ce roman. Par ailleurs, l’auteur développe de nouveau assez bien les personnages secondaires, parmi lesquels Arya, Nasuada ou encore Orik. Le récit, lui est toujours plus sombre, mais il ne peut en être autrement. En même temps, on sent toujours poindre une lueur d’espoir chez les personnages. Une fois de plus on vit de grandes aventures en lisant cet ouvrage.

Je ne peux que vous recommander sa lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : Bayard Jeunesse
  • Date de publication : février 2006
  • Genre : Jeunesse, Fantasy
  • Prix : 19€90
  • Pages : 809

Eragon – Tome 1, de Christopher Paolini

Eragon t1.jpgEragon est une série de romans que je voulais lire depuis longtemps, mais faute de temps, et aussi parce que j’ai eu d’autres envies de lecture, je ne m’étais pas plonger dedans.

A vrai dire, c’est le film éponyme qui m’a donné envie de lire cet ouvrage, bien qu’il ait été démonté par la critique et les spectateurs.

J’ai également conscience que le livre ayant été lu par des millions de lecteurs, a déjà du être critiqué un nombre incalculable de fois, mais je ne vois pas pourquoi je ne vous proposerai pas mon avis. Entrons dès lors dans le vif du sujet.

« Voilà bien longtemps que le mal règne dans l’Empire de l’Alagaësia… Et puis, un jour, le jeune Eragon découvre au coeur de la forêt une magnifique pierre bleue, étrangement lisse. Fasciné et effrayé, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit très simplement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’une oeuf, et qu’un dragon, porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’Empire lui-même, va en éclore… Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter, avec son jeune dragon, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite. Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains. »

Eragon est un jeune fermier vivant à proximité du village de Carvahall, das l’Alagaësia. Il a été élevé par son oncle, et n’a jamais connu ses parents. Le héros du roman est donc un jeune orphelin. Eragon a une vie plutôt paisible, bien que des bruits, des rumeurs concernant des troubles et des révoltes commencent à parvenir à Carvahall. Lors d’une chasse, il trouve une pierre bleue, qu’il tente de revendre en vain. Cette pierre, qui est en fait un œuf, finit par éclore; c’est ainsi qu’apparaît un nouveau dragon. Dès lors, la vie de notre jeune héros est complètement chamboulée. Il doit quitter les siens, et tracer sa propre route. C’est le début d’une grande aventure pour lui.

Bien qu’il s’agisse d’un roman jeunesse, le roman ne traite pas de sujets forcément légers, et ce n’est pas gênant de le lire une fois adulte, car le héros acquiert très rapidement un comportement d’adulte. J’ai trouvé que cet ouvrage était bien écrit, alors même que l’auteur était très jeune au moment de l’écriture et de la parution de ce premier tome. On s’attache très facilement et très rapidement au personnage d’Eragon. Comme je le disais précédemment, c’est un jeune orphelin, qui ne connaît pratiquement rien de ses origines, et qui parce qu’il a eu le malheur de tomber sur un étrange objet, doit quitter les siens. Comment ne pas se sentir proche de ce jeune héros?  Par ailleurs, on sent dès le départ qu’un destin extraordinaire l’attend. Ce premier tome est assez centré autour du personnage d’Eragon, (en même temps, c’est le titre du roman) pour autant les personnages secondaires ne sont pas oubliés, et son assez bien développés. Tous ont un rôle (plus ou moins important) à jouer.

A travers les différents évènements et situations qu’il est amené à vivre, Eragon devient peu à peu un adulte, mais peut-être plus rapidement que n’importe quel jeune de son âge. Ce thème du passage à l’âge adulte est d’autant plus intéressant que l’auteur lui-même sortait à peine de l’adolescence au moment de l’écriture, il a donc pu traiter le sujet aisément.

Avec cette série d’ouvrages, Christopher Paolini a été décrit comme le digne héritier de Tolkien. Pour avoir lu les trois tomes du Seigneur des anneaux, je peux vous dire que c’est vrai. Il est clair qu’il s’est inspiré du célèbre auteur britannique, puisque par moment on a l’impression d’être dans l’un des romans de ce dernier. Néanmoins, je trouve que par moment on est à la limite du copier-coller, du moins certains passages sont troublants de ressemblance avec Le Seigneur des anneaux. C’est à vrai dire, le seul bémol que j’ai pu trouvé à ce roman jeunesse.

Comme vous vous en doutez, j’ai aimé cet ouvrage, et je suis même en train de lire le deuxième tome. Je ne peux donc que vous recommander sa lecture.

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Éditeur : Bayard Jeunesse
  • Date de parution : 18 octobre 2004
  • Genre : jeunesse, fantasy
  • Prix : 19€90
  • Pages : 697