La femme tatouée de Pieter Aspe

la femme tatouée » Macabre découverte dans un grand restaurant de Blankenberge, sur la côte belge: le corps sans vie d’une (très jolie) femme au fond d’un vivier à homards. Sur sa fesse gauche, un mystérieux tatouage, la lettre M en caractère runique, emblème d’un groupuscule d’extrême droite. Le commissaire Van Inn et le fidèle Versavel se lancent sur ses traces pour se retrouver au cœur d’une véritable guerre entre catholiques intégristes, cellules islamistes et néonazies… »

Avec ce roman, je retrouve l’un de mes commissaire préféré, et son entourage.

Alors qu’il s’apprête à partir à la plage avec femme et enfants, Van Inn est appelé pour un meurtre à Blankenberge, où une femme a été retrouvée morte. Le meurtre va rapidement les mener sur la piste des néonazis, mais l’apparition d’un mouvement islamiste dont personne n’a jamais entendu parler, vient jouer les trouble-fêtes. Des morts apparaissent à la vitesse de l’éclair, des enlèvements ont lieux. Cette enquête fait tourner la tête de Van Inn,  Hannelore et de Versavel. Il y a trop de possibilités, ils se sentent menés en bateau. Et par de dessus le marché, ils subissent la pression de leur hiérarchie et du bourgmestre de Bruges, car il ne faut pas que l’image de la ville soit entachée par cette série d’évènements tragiques. Par ailleurs, le commissaire est las, se sent de plus en plus fatigué, il se rend compte qu’il vieillit et qu’il devrait peut-être faire un peu plus attention à lui…mais difficile de résister à une bonne petite Duvel.

Comme d’habitude, l’enquête est menée avec beaucoup d’humour. Van Inn est toujours aussi drôle, insouciant et insolent, il ne fait pas dans la langue de bois!

J’ai beaucoup aimé, mais je suis une inconditionnelle de Pieter Aspe et du commissaire Van Inn.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

Editeur : Le livre de poche

Genre : Policier

Date de publication: 19 novembre 2016

Prix : 7€10

Pages : 314

 

Publicités

Dernier tango à Bruges de Pieter Aspe

Dernier-tango-a-Bruges« Leur voyage de noces en Argentine a laissé des traces chez les Van In: Hannelore veut absolument que son flic de mari apprenne le tango! Mais la disparition d’un homme perclus de dettes de jeu va le détourner des clubs de danses. Un mystère qui pourrait être lié à une affaire aux ramifications obscures, susceptible de compromettre plusieurs personnalités brugeoises. Parties fines qui tournent mal, scandales immobiliers, pots-de-vin, mafia russe…quand le commissaire Van In s’en mêle, c’est tout Bruges qui tangue! »

De retour de leur voyage de noces en Argentine, Hannelore veut que Van In apprenne à danser le tango, ce qui évidemment ne plait absolument pas à notre cher commissaire. Il n’en a pas envie, et il ne va pas en avoir le temps, puisque un meurtre lui tombe sur les bras. Dans cette nouvelle histoire, les disparitions et les meurtres s’enchaînent, ils ont un soupçon de mystère, puisque semble y être mêlé la mafia mais aussi certaines personnalités de la ville. Dans cette affaire, Van In et Hannelore jouent avec le feu et vont devoir se battre pour ce qu’il y a de plus cher à leurs yeux.

Pour honnête, c’est un livre que j’ai lu au tout début de l’été, ce qui fait un bout de temps déjà, et ce qui peut expliquer la brièveté de mes propos. Néanmoins, c’est un ouvrage que j’ai lu assez rapidement, comme d’habitude en ce qui concerne les aventures du commissaire Van In. J’ai bien aimé la cadence du récit et son contenu. Les personnages sont toujours aussi attachants, et vivent dans cet épisode en particulier, des heures sombres. Et surtout, j’ai été assez surprise par l’identité du meurtrier ou du moins du commanditaire de toute cette scandaleuse affaire.

Bien évidemment, je vous recommande cet ouvrage.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires:

  • Editeur : J’ai lu
  • Genre : policier
  • Date de publication : juin 2016
  • Prix : 7€10
  • Pages : 315

13 – Pieter Aspe

13 - Pieter Aspe

Roman policier

Editeur : Livre de poche (disponible en format broché chez Albin Michel)

Parution : novembre 2015

Prix : 6,90€

307 pages

Quelques mots sur l’auteur

Pieter Aspe est un écrivain belge de langue néerlandaise, né à Bruges en 1953. Il a pratiqué plusieurs métiers avant de devenir écrivain. Il devient célèbre grâce à la série du commissaire Van In qui compte plus de 30 volumes en langue flamande, alors que seulement 16 de ces ouvrages ont été traduits en français à ce jour. En 2001, Pieter Aspe a reçu le prix Hercule Poirot qui récompense chaque année le meilleur auteur policier flamand.

Pour la petite histoire, j’ai découvert cet auteur un peu par hasard. C’est en feuilletant un petit catalogue ( comme on peut en avoir au moment de noël ou de la rentrée littéraire)  que ma libraire m’avait donné lors d’un achat, que je l’ai découvert. J’ai feuilleté ce livret, ai repéré quelques ouvrages, et je me suis décidée à acheter Le Carré de la vengeance, qui est son premier roman traduit en français. Et bien, je n’ai jamais regretté ce choix. J’ai tout de suite aimé le commissaire Van In, un  personnage atypique, un peu trop porté sur la Duvel, mais au final tellement plein de charme.

Avant de poursuivre sur 13, que vous souhaiterez lire je l’espère, je vous conseille de commencer par Le Carré de la vengeance. En effet, même s’il est possible de lire les livres dans le désordre, il existe tout de même un fil rouge à tous les romans, lié à la vie personnelle du personnage principal.

Résumé

« Consumatum est » : tout est consommé. Deux mots tracés au feutre sur le cadavre d’un homme dans une chambre d’hôtel, une carte de crédit et des cartes de visites au nom de Wim Raes pour seuls indices. Règlements de comptes? Crimes sado-maso? Vengeance d’une maîtresse éconduite? A la veille de son mariage avec Hannelore, le commissaire Van In se retrouve au cœur d’un macabre jeu de pistes : non seulement le mort n’est pas celui que l’on croit, mais le vrai Wim Raes est lui aussi assassiné. Et Van In pourrait bien être le prochain sur la liste. Il va devoir faire face à ses anciennes amours, pour le meilleur et pour éviter le pire….

Mon avis

Dans cette nouvelle enquête, nous retrouvons bien évidemment le trio Van In/Martens/Versavel, car Van In sans ses deux acolytes ne serait pas vraiment lui même. Van In est une nouvelle fois empêtré dans une enquête qui ne rassemble à aucune autre (c’est tout le génie de l’auteur) et lui pose beaucoup de problèmes. Tout au long de cette enquête, se mêlent tensions professionnelles et tensions personnelles (eh oui, le commissaire est en plein préparatifs de mariage avec sa compagne la juge d’instruction Hannelore Martens). Comme toujours, quand Van In ne sait plus où donner de la tête, il fume trop et boit beaucoup trop de Duvel, ce qui le met (parfois) dans des situations extrêmement embarrassantes. 

Une fois de plus, j’ai adoré cette enquête. Il y a du suspens, de l’action, des scènes cocasses, et beaucoup d’humour. Je pense clairement que la force de ce roman, c’est l’humour (belge) qui s’en dégage, alors même que c’est un roman policier. Pour ceux qui ne connaissent pas encore les ouvrages de Pieter Aspe, vous verrez que cela vaut pour tous les romans de la série. Mais c’est aussi le fait que l’histoire ne s’effondre pas au bout de quelques pages. On est surpris, étonné, jusqu’à la fin.  Et puis, les personnages sont toujours aussi attachants, alors même qu’on pourrait les détester. Enfin, il y a Bruges , que l’on peut considérer comme un personnage à part entière (et qu’évidemment je vous conseille d’aller visiter, si ce n’est pas déjà fait). Comme vous l’aurez-peut être déjà compris, je ne peux que vous recommander la lecture de cet ouvrage.

                                                                         Bonne lecture (et peut-être bonne visite).

Elodie