Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella

confession-accro-shoppongAprès avoir enchainé des polars et des romans fantastiques, j’ai ressenti le besoin de lire un ouvrage un peu plus léger. Comme j’avais adoré le film Confession d’une accro du shopping de Paul John Hogan avec Isla Fisher, je me suis dit, pourquoi ne pas lire le support original?

« Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Un peu de shopping pour se remonter le moral ! C’est la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble magique ! Chaussures, maquillage, fringues sublimes… rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… »

A la différence du film, l’histoire se déroule à Londres. Rebecca Bloomwood est une jeune journaliste financière, et véritable modeuse. Mais problème, sa passion pour les beaux vêtements et autres accessoires, l’a entrainé sur les pentes de l’endettement. Alors qu’elle reçoit de plus en plus de courriers provenant de ses différentes banques, en particulier d’un certain Derek Smeath, elle fait tout pour éviter de regarder la réalité en face et pour ne pas payer ce qu’elle doit. Becky est une véritable rêveuse, qui rêve d’ascension sociale, et du prince charmant (très riche de préférence). Elle se retrouve sans cesse dans des situations embarrassantes, qui rendent le récit très drôle.

Je pense que l’on peut facilement se reconnaître dans le personnage de Rebecca Bloomwood, même si on ne dépense pas toutes (tous) notre argent par les fenêtres. Malgré quelques gros défauts, Becky est une fille plutôt attachante, et qui, quand elle est décidée, peut tout mettre en oeuvre pour atteindre son but. En lisant Confession d’une accro du shopping, on se rend compte que l’on pourrait très facilement tomber dans la même spirale que Becky. En effet, qui ne rêverait pas d’une paire de Louboutin, ou d’un sac Lancel, Chanel ou autre. Le shopping est une véritable addiction, une drogue, le pire étant que Rebecca en est consciente. Sophie Kinsella traite ce sujet très sérieux avec beaucoup d’humour.

L’histoire du roman est légèrement différente de celle du film (ou c’est plutôt le contraire),mais je n’ai pas été déçue de ma lecture. Le livre et le film sont à mon sens assez complémentaires. Cet ouvrage a fait connaître Sophie Kinsella mondialement, et n’est que le premier d’une longue série. Les personnages y sont touchants, attachants et un peu loufoques. C’est une lecture drôle et légère, qui fait du bien, avec laquelle on ne se prend pas la tête. Pour les amateurs du genre et pour ceux qui ont apprécié le film, je ne peux que vous recommander cet ouvrage.

Bonne lecture

Elodie


Quelques infos supplémentaires :

  • Editeur : Pocket ( existe en version broché chez Belfond)
  • Date de parution : février 2006 (janvier 2004)
  • Genre : roman
  • Prix : 7€40 (18€90 en broché)
  • Pages : 372
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s