Summer Lectures

Comme beaucoup d’autres bloggers et bloggeuses, je trouvais intéressant de partager avec vous, les livres que je compte lire cet été.

Mais ce dernier étant déjà bien entamé, il s’agira plutôt de mes lectures de la fin du mois de juillet à la rentrée. Je ne vous propose ici que cinq ouvrages, mais je suis à peu près sure de tous les lire . Evidemment suivant mon rythme de lecture, peut-être que d’autres viendront s’ajouter.

IMGP0437

 

  • Germania de Harald Gilbers

Pour être honnête j’ai déjà commencé cet ouvrage, et il s’annonce très prometteur.

« Berlin, été 1944. De jeunes femmes sont retrouvées mortes, nues et mutilées, devant des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale. Contre toute attente, le SS-Hauptsturmführer Vogler fait appel à Richard Oppenheimer, l’ancien enquêteur star. Pourtant Oppenheimer est juif et donc officiellement interdit d’exercer… Tiraillé entre son quotidien misérable dans une  » maison juive  » et le confort que lui offre son nouveau statut, Oppenheimer est de plus en plus inquiet. Tous les indices pointent vers un assassin appartenant à l’élite nazie, si Oppenheimer échoue, son destin est scellé. Mais n’est-il pas encore plus dangereux de démasquer le coupable ? « 

  • Vera Kaplan de Laurent Sagalovitsch

Je ne sais pas trop à quoi m’attendre avec cette ouvrage, puisqu’il n’est pas encore sorti, mais il m’a été proposé de le lire, ce que j’ai accepté avec plaisir.

« Quelques années après la mort de sa mère, un homme reçoit à Tel Aviv une lettre d’Allemagne adressée à la défunte. L’expéditeur, un notaire de Wiesbaden, se réjouit d’avoir retrouvé la fille de sa cliente, Vera Kaplan, qui vient de mettre fin à ses jours. Il lui fait parvenir son testament, celui d’une femme seule rongée par ses démons et épuisée de vivre. Et joint également un document terrifiant : le récit des années de guerre de cette jeune Juive berlinoise qui, pour sauver ses parents, puis simplement pour rester en vie, en est venue à commettre l’impensable : dénoncer ses frères, par centaines. Dans ce récit inspiré du destin de Stella Goldschlag, Laurent Sagalovitsch s’empare sans complaisance du destin d’une réprouvée pour en faire le portrait d’une victime devenue monstre, chez qui la pulsion de vie s’est montrée plus forte que la conscience. »

  • Eragon  de Christopher Paolini

J’avais beaucoup aimé le film, mais jusque là je n’avais pas lu la série de romans. Je compte bien me rattraper en commençant ce premier tome.

« Voilà bien longtemps que le mal règne dans l’Empire de l’Alagaësia…Et puis, un jour, le jeune Eragon découvre au cœur de la forêt une magnifique pierre bleue, étrangement lisse. Fasciné et effrayé, il l’emporte à Carvahall, le village où il vit très simplement avec son oncle et son cousin. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’un oeuf, et qu’un dragon, porteur d’un héritage ancestral, aussi vieux que l’4Empire lui-même, va en éclore… Très vite, la vie d’Eragon est bouleversée. Contraint de quitter les siens, il s’engage dans une quête qui le mènera aux confins de l’Alagaësia. Armé de son épée et guidé par les conseils de Brom, le vieux conteur, Eragon va devoir affronter, avec son jeune dragon, les terribles ennemis envoyés par le roi dont la malveillance démoniaque ne connaît aucune limite. Eragon n’a que quinze ans, mais le destin de l’Empire est désormais entre ses mains. »

  • L’Ange traqué de Robert Crais

J’ai découvert cet auteur par hasard, et depuis je lis régulièrement les aventures d’Elvis Cole.

« Détective privé à Los Angeles, Elvis Cole reçoit un jour la visite de la belle Jillian Becker et de son patron, Bradley Warren : la manuscrit de l’Hagakure, ou Code du samouraï, que ce dernier s’apprêtait à exposer dans un de ses hôtels de luxe, a disparu. Cole comprend vite que Warren n’est pas aussi innocent qu’il n’y paraît : il y a trop de yakuzas parmi ses amis et le FBI les a tous depuis longtemps sous surveillance. Pas assez pourtant : la fille de Bradley Warren, la jolie Mimi, est enlevée au nez et à la barbe du détective… »

  • Vers la sobriété heureuse de Pierre Rabhi

Pierre Rabhi est une personnalité importante de l’écologie. Il est auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Du coup je voulais en lire un, pour voir.

«  »J’avais alors vingt ans, et la modernité m’est apparue comme une immense imposture. » Dans cet ouvrage, Pierre Rabhi apporte son témoignage sur ce qu’il appelle la « sobriété heureuse », prise en tant que réelle valeur de bien-être, force de libération physique et morale. »

Et vous, que lirez-vous cet été?

Elodie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s