Whiplash : un petit bijou cinématographique.

WhiplashWhiplash est un film américain de Damien Chazelle, sorti en décembre 2014 (1h47), avec Miles Teller et J.K. Simmons. Il s’agit à la fois d’un drame et d’un film musical.

C’est un film dont j’avais entendu parler en bien, et du coup, j’ai eu envie de le visionner. Il a par ailleurs été multi-récompensé, puisqu’il a obtenu des prix aux festivals de Sundance et de Deauville, ainsi qu’aux Golden Globe et aux Oscars.

Whiplash raconte l’histoire d' »Andrew, 19 ans,  qui rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence… « 

Andrew qui rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs au monde, a intégré le conservatoire de Shaffer à New-York, pour réaliser son rêve. Sa vie change radicalement, pour le meilleur et/ou pour le pire,  lorsqu’il rencontre Terence Fletcher. Ce dernier est à la fois un prof de musique et un chez d’orchestre réputé, et il décide d’intégré Andrew à son Studio Band, car il a vu en lui un certain potentiel.

Le film est principalement centré sur cette relation intense, étouffante, destructrice, entre un maître et son élève. Le personnage d’Andrew est prêt à tous les sacrifices pour arriver à atteindre son but, au point de plaquer sa copine, et quitte à y laisser un peu de sa raison. De l’autre côté, on a Terence Fletcher, qui est certes très réputé, mais qui est incroyablement odieux avec ses élèves. Cet homme est un véritable tyran. Il est également prêt à tout pour « tirer » le meilleur de ses élèves/musiciens, et de les hisser vers les sommets.

C’est un film intense, plein d’émotions. Il est également très sombre, puisqu’il nous montre l’humiliation scolaire vécu par ces élèves. Il pose un certain nombre de questions, comme: Quelles sont les limites que l’on peut se poser pour y arriver? Jusqu’où est-on prêt à aller pour atteindre ses rêves?

La musique, en particulier le jazz ici, a une place importante dans le film, puisqu’il s’agit entre autre d’un film musical. Quasiment tous les musiciens sont des professionnels. Même, l’acteur principal, Miles Teller,  est un joueur de batterie, certes amateur, mais il est tout de même musicien. Quant à J.K. Simmons, il a également baigné dans la musique, puisque son père était chef d’orchestre et il a lui même été professeur dans cette discipline. Du coup, cela renforce leur crédibilité dans ces deux rôles. Miles Teller, que je n’avais vu que dans le rôle de  Peter dans la saga Divergente, nous offre ici une grande palette de jeu. Il en va de même pour J.K. Simmons, qui ces dernières années était plutôt habitué aux comédies, et qui avec ce film revient aux sources. Il est vraiment génial et terrifiant à la fois dans ce rôle.

Donc il n’y a  pas de besoin de faire un dessin.  Vous aurez sans doute compris que j’ai aimé ce long-métrage. C’est un film à voir, assurément.

Elodie

Publicités

Une réflexion sur “Whiplash : un petit bijou cinématographique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s