Où es-tu? – Marc Levy

Où es-tu

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas lu un ouvrage de Marc Levy, et à vrai dire, en lire un de temps en temps, ça ne fait vraiment pas de mal, bien au contraire.

Si l’on reprend le synopsis du roman , on a deux jeunes adultes qui « ont grandi ensemble [et] sont tout l’un pour l’autre. Adolescents, ils se sont promis de s’aimer, pour toujours. Mais leurs vies ont pris des cours différents. Susan s’est investie dans l’humanitaire, là-bas au Honduras. Philip, lui, poursuit sa carrière de publicitaire à Manhattan. Séparés par des milliers de kilomètres, ils vivent dans des mondes que tout oppose. Les vents contraires emporteront-ils le souvenir de leur promesse? »

Au début du roman, on a ces deux personnages, Susan et Philip, qui ont une vingtaine d’années. Ils ont grandi ensemble, à Montclair, dans la banlieue de New-York. Ils s’aiment et se sont fait une promesse. Mais au moment de choisir leur voie professionnelle, leurs chemins se séparent. Elle, décide de s’engager dans les Peace Corps au Honduras. Lui, entame des études pour travailler dans la publicité.

On apprend que Susan a perdu ses parents quand elle était adolescente. Et d’une certaine manière, cela explique les choix qu’elle fait. Elle culpabilise de leur mort, elle culpabilise d’exister. Et, elle va chercher à « réparer » cela, en se dévouant aux autres. Elle est également en quête de liberté. Elle va tout faire pour être libre, quitte à perdre son amour de jeunesse. Philip, lui, a toujours l’espoir que Susan reste aux Etats-Unis, qu’elle ne reparte pas sans arrêt au Honduras. Le personnage  de Susan peut nous paraître égoïste vis-à-vis de Philip, il l’est sans doute d’une certaine manière. Mais, elle a ses raisons pour agir ainsi; raisons qui sont tout à fait justifiables. On est face à deux personnages qui jouent un peu au jeu du chat et de la souris, ou plutôt à « je t’aime, moi non plus ». Pendant ces premières années de leur vie de jeunes adultes, ils ne se revoient qu’une fois par an, pendant deux heures, à l’aéroport. Il a toujours l’espoir qu’elle reste. Elle n’a qu’une hâte, repartir, sa vie n’est plus ici. On a donc deux êtres qui s’aiment, mais qui sont conscients qu’ils ne pourront jamais vivre ensemble. Malgré les années qui passent et la séparation, un évènement va les rapprocher…

J’ai beaucoup aimé ce roman, qui m’a touché, profondément ému. J’ai aimé cette histoire d’amour, car au fond c’en est une, avec ses hauts et ses bas. C’est une histoire d’amour impossible, car les héros la rendent ainsi. Tous les personnages ont leur faille.  Je me suis facilement identifié à eux. Ils font des choix qui peuvent nous interpeller, mais qui sont compréhensibles. J’ai aimé aussi la partie épistolaire du roman, qui permet au récit d’avancer. A travers ces lettres, on voit les personnages s’éloigner peu à peu l’un de l’autre . L’adage « loin des yeux, loin du cœur » prend ici tout son sens. Et pourtant, Susan et Philip continuent à s’aimer. On vit les péripéties des personnages, il y a du suspens, des évènements auxquels on ne s’attend pas. Tout cela, au grès des ouragans et autres tempêtes tropicales qui ont frappés l’Amérique centrale entres les années 1970 et 1990. Une fois de plus, Marc Levy nous embarque facilement dans l’univers qu’il créé. Ce n’est pas pour rien, s’il est l’un des auteurs français les plus lus et les plus vendus dans le monde.

Elodie


Informations supplémentaires sur le livre:

Roman

Editeur : Pocket (existe en broché chez Robert Laffont)

Parution : août 2009

Prix: 7€40

Pages: 312

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s