Sorties ciné du 13 avril 2016

L’un des films les plus attendus de la semaine est, bien entendu, la nouvelle version du Livre de la jungle de Jon Favreau. Mais, pour ma part, trois autres films ont retenu mon attention.

tout pour etre heureuxIl s’agit d’une adaptation du roman de Xavier de Moulins, Un coup à prendre, paru en 2011. C’est l’histoire d' »Antoine, bientôt quarantenaire, dilettante, égoïste et insatisfait, qui ne s’est jamais réellement senti investi d’une mission pour s’occuper de ses filles, âgées de 5 et 9 ans. Infantilisé par sa femme Alice, Antoine n’arrive pas à trouver sa place dans son foyer et décide subitement de la quitter pour une histoire sans lendemain. Lorsqu’Alice lui confie leurs filles quelques jours par surprise, Antoine va se retrouver sur un continent inconnu. Et alors qu’il était incapable d’assumer son rôle de père à l’intérieur du noyau familial, il va finir par devenir une véritable « mère juive ». Après avoir quitté sa femme par nostalgie de sa liberté d’antan, le nouvel Antoine va se retrouver confronté à une nouvelle nostalgie, celle de sa vie de famille… »    

Ce qui m’a plu en regardant la bande annonce, c’est que l’histoire est centré sur un père, ce qui n’arrive pas souvent. Ce dernier semble complètement paumé, cherche à se (re)construire, à tisser de nouveau un lien fort avec ses filles, dont il ne s’était jusque là pas beaucoup occupé. On sent que c’est une histoire de filiation, que ce père se pose la question de savoir quel modèle va-t-il être pour ses filles.  Alors que ce film aurait très bien pu être un drame, il a été tourné sur le ton de la comédie, ce qui permet de ne pas tomber dans le mélo. Ce qui est intéressant également, c’est ce que l’on découvre, un autre Manu Payet. Lui qui a plutôt l’habitude des rôles de rigolo, apparaît ici à la fois sensible et fragile. Donc tout ces éléments me donnent envie d’aller voir ce long-métrage.

  • Le second film qui a retenu mon attention, est à la fois un film historique et un drame. Il s’agit de Fritz Bauer, un héros allemand, de Lars Kraume.

fritz bauer« En 1957, le juge Fritz Bauer apprend qu’Adolf Eichmann se cache à Buenos Aires. Les tribunaux allemands préfèrent tourner la page plutôt que le soutenir. Fritz Bauer décide alors de faire appel au Mossad, les services secrets israéliens ».

Ce film est tiré d’une histoire vraie, celle de la traque d’un homme, Adolf Eichmann, par un autre, le juge Bauer. Après la guerre, Eichmann qui fut l’un des grands criminels du régime nazi, s’enfuit en Argentine, comme beaucoup d’autres protagonistes du IIIe Reich. Fritz Bauer qui veut que ces hommes soient jugés pour ce qu’ils ont fait, participe à la traque d’Eichmann. Mais confronté au désir des tribunaux allemands de tourner cette page du passé, il décide de s’allier avec les Israéliens. Ce film met en avant un héros allemand, peu voire pas connu en France. On peut considérer ce film comme un hommage aux hommes et aux femmes, qui ont travaillé ardemment, parfois au péril de leur vie, pour que ces criminels puissent être condamnés. Une nouvelle fois, à travers le travail de Lars Kraume, le cinéma allemand se confronte à son passé douloureux.

  • Enfin, le troisième film dont j’ai décidé de vous parler est Hardcore Henry de Ilya Naishuller.

hardcore HenryC’est l’histoire d’Henry, « il ne se souvient de rien. Sa femme vient de le ramener à la vie. Elle lui apprend son nom : Henry.
Cinq minutes plus tard, il est la cible d’une armée de mercenaires menée par un puissant chef militaire en quête de domination du monde. Il parvient à  s’échapper mais sa femme se fait kidnapper. Le voilà perdu dans un Moscou hostile. Ici tout le monde semble vouloir sa mort. Il ne peut compter sur personne. Sauf peut-être sur le mystérieux Jimmy. Peut-il lui faire confiance ? Arrivera t-il à survivre à ce chaos, sauver sa femme et à faire la lumière sur sa véritable identité ? ».

C’est un film d’action et de science-fiction, et ce n’est vraiment pas le genre de film que je vais voir au cinéma. L’histoire en elle-même de m’accroche pas plus que ça. C’est clairement un film de gros bras, avec des scènes qui semblent assez violentes (le film est interdit aux moins de 16 ans). Alors pourquoi aller le voir, me direz-vous? Et je répondrai, par curiosité. En effet, si l’histoire en elle-même ne semble pas très attirante, la façon dont est filmé le film par contre est impressionnante. En effet, ce film a été tourné avec une caméra GoPro, utilisée exclusivement en caméra subjective. C’est-à-dire qu’en regardant le film, vous ne voyez pas le personnage principal, puisque c’est vous. Cela doit être la première fois qu’un film est tourné de cette manière, cela donne vraiment des images saisissantes, très réalistes, et rien que pour ça, j’ai envie de découvrir cette histoire.

Elodie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s